Le député néerlandais Geert Wilders reconnu coupable de discrimination envers les Marocains

Publication: Mis à jour:
GEERT WILDERS
Dutch far-right Party for Freedom (PVV) leader Geert Wilders sits in a courtroom of the courthouse in Schiphol, the Netherlands March 18, 2016. REUTERS/Michael Kooren | Michael Kooren / Reuters
Imprimer

PROCÈS - La justice a tranché. Geert Wilders a été reconnu coupable, vendredi 9 décembre, de discrimination pour avoir promis "moins de Marocains" lors d'un discours prononcé à La Haye en 2014.

Le député d'extrême-droite néerlandais et fondateur du Parti pour la liberté (PVV) n'a cependant pas écopé d'une peine de prison ou d'amende, ni été reconnu coupable d'incitation à la haine. Il devra néanmoins payer la moitié des frais du procès.

Geert Wilders, contre qui des milliers de plaintes avaient été déposées, va "interjeter appel du verdict de culpabilité", a annoncé son avocat. Sur Twitter, le principal intéressé a qualifié de "cinglée" la décision de justice:

Lors d'une précédente audience le 23 novembre dernier, le député, qui prône la fermeture complète des frontières, était resté campé sur ses positions, estimant qu'il n'était "pas raciste" et qu'il parlait au nom de beaucoup de Hollandais.

"J'ai besoin d'utiliser la seule liberté que j'ai encore pour protéger notre pays. Contre l'islam et contre le terrorisme. Contre l'immigration des pays islamiques. Contre le grand problème des Marocains aux Pays-Bas", avait-il alors déclaré.

Il avait également qualifié de "politique" ce procès qui intervient à quatre mois des élections législatives pour lesquelles son parti arrive en tête dans les sondages.

LIRE AUSSI: Propos racistes envers les Marocains: Geert Wilders persiste et signe