Huffpost Maroc mg

Des puces enregistrées avec des noms d'usagers à leur insu font l'objet d'une enquête

Publication: Mis à jour:
TLCOM
DR
Imprimer

TÉLÉCOMS - Il y a un an et demi de cela, une usagère d'un opérateur téléphonique marocain a eu une mauvaise surprise. En se rendant à une agence de l'opérateur téléphonique, K.Z s'est rendue compte que pas moins de quinze numéros de téléphone sont enregistrés en son nom, avec son numéro de carte d'identité nationale. Immédiatement après, elle a déposé plainte.

Il y a quelques jours, un autre usager raconte qu'en se "rendant à une agence de mon opérateur pour récupérer un smartphone grâce aux points que j'ai engrangé, l'employé de l'agence m'informe qu'une vingtaine de numéros sont enregistrés en mon nom, et avec mon numéro de carte d'identité nationale".

Sur Facebook, un autre client d'un opérateur télécom a diffusé un post où il narre une mésaventure similaire. En allant, lui aussi, récupérer un smartphone auprès d'une agence, "le conseiller me dit que depuis fin 2010, il y a 15 mobiles, 7 téléphones fixes, et 5 modems enregistrés avec mon numéro de carte nationale".

Un problème sécuritaire

Selon les informations obtenues par le HuffPost Maroc, des affaires similaires ont éclaté chez les trois opérateurs téléphoniques présents au Maroc. En raison de la nature sécuritaire du problème, une enquête a été ouverte.

La crainte des usagers, c'est que ces numéros de téléphone, dont les détenteurs réels sont anonymes, soient utilisés par des personnes malintentionnées pour des opérations d'escroquerie ou de cyber-criminalité, ou pire, de terrorisme.

En 2014, un arrêté de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) oblige les opérateurs téléphoniques marocains à identifier les abonnés lors de la souscription. Maroc Telecom, Meditel et Inwi n’ont, depuis, plus le droit de commercialiser des cartes mobiles prépayées et pré-activées, et toutes les puces téléphoniques anonymes ont, en théorie, été désactivées depuis.

Si certains usagers avancent que les puces téléphoniques vendues dans la rue, sans enregistrement préalable des noms de leurs usagers, sont par la suite mises sur le compte d'usagers existants, un expert en télécommunications contacté par le HuffPost Maroc balaie d'un revers de main cette hypothèse. "Depuis l'imposition de l'enregistrement des puces SIM, les revendeurs de puces téléphoniques sont tenus d'enregistrer les noms de leurs clients".

LIRE AUSSI: