Huffpost Maroc mg

Malgré les difficultés, ce petit berger est revenu à l'école (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

RURAL - C'est un autre Maroc auquel s'est intéréssé ce reportage de 2M, diffusé le 7 décembre lors du journal télévisé arabophone. Un Maroc rural où les enfants sont toujours arrachés à l'école par ignorance ou par manque de moyens.

Il s'appelle Mohamed, est toujours à l'école primaire et a été contraint par son père de quitter les bancs de l'école afin de s'occuper du bétail familial en tant que berger. Une situation qui n'a pas plu à l'enfant, qui a mené sa petite révolution au sein du foyer familial et a harcelé ses parents afin de retourner à l'école.

"J'aime l'école, j'adore étudier et je ne veux pas quitter l'école", témoignage-t-il, en larmes, face caméra après avoir retrouvé sa classe.

Mais Mohamed n'est pas le seul dans cette situation. Très affectée, une de ses camarades de classe dit être heureuse du retour de Mohamed, mais sait qu'elle quittera l'école une fois arrivée en CE3 parce qu'"aucun de ses frères et soeurs n'a pu terminer ses études".

Cette scène ne se passe pas dans un village enclavé, mais à Douar Laasara, près de Settat, la voisine de la capitale économique. Interrogé par 2M, le père de Mohamed a expliqué que des contraintes financières ont eu raison de l'éducation de son fils.

"Je suis pauvre, je n'ai personne pour m'aider. Qui va me filer un coup de main? J'ai pleuré quand j'ai su que mon enfant souhaitait revenir à l'école", a-t-il déclaré, non sans émotion.

LIRE AUSSI: Au Maroc, la lutte contre l'analphabétisme se fait aussi dans les mosquées