L'Union Européenne fera un don de 300 millions d'euros à la Tunisie en 2017

Publication: Mis à jour:
UNION EUROPNNE
UE
Imprimer

Depuis 2011, l’Union européenne a plus que doublé le montant de son assistance financière à la Tunisie, a déclaré l’ambassadeur de l’UE en Tunisie, Patrice Bergamini, lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi, 8 décembre 2016, au siège de l’UE à Tunis. “Nous avons confirmé notre volonté d'accroître l’aide financière sous forme de dons à hauteur de 300 millions d’euros en 2017, et de maintenir cet appui pour les prochaines années, a-t-il ajouté.

En outre, depuis 2014 l’UE a accordé à la Tunisie une assistance macrofinancière de 800 millions d’euros.

A travers la Conférence internationale “Tunisia 2020”, l’UE a exprimé sa détermination à soutenir la dynamique enclenchée par cette conférence et à assurer la mise en oeuvre des engagements entrepris, a indiqué M. Bergamini. Il a précisé que la coopération européenne se focalise, également, sur la stimulation de la croissance économique du pays afin de réduire le chômage, notamment chez les jeunes, ainsi que les disparités régionales.

Relation stratégique

L’ambassadeur de l’UE en Tunisie a passé en revue les principaux axes de coopération entre les deux parties en soulignant que cette relation bilatérale a franchi un nouveau palier.

“Depuis la visite du président Béji Caïd Essebsi aux institutions de l’UE à Bruxelles à savoir le jeudi 1er décembre, cette relation est devenue une relation stratégique,” a-t-il ajouté. Il a expliqué que cette relation est considérée, aujourd’hui, comme prioritaire et se traduit également par l’appui massif de la part de l’UE à la Tunisie.

Appui massif de l’UE. Les détails

Pour Bergamini cela se traduit notamment par les aides et les soutiens financiers qui se sont illustrés lors de la conférence “Tunisia 2020”. Il a précisé que cet appui est incarné par les annonces et les signatures faites au cours de la conférence.
Il a évoqué la signature d’un contrat par l’un des commissaires de l’UE chargé du voisinage pour un montant de 300 millions d’euros et par le Président de la Banque européenne d’investissement (BEI) pour un montant de 400 millions d’euros.

Rappelons que la Tunisie bénéficiera de la BEI d’un soutien pouvant atteindre 2,5 milliards d’euros (environ 6,12 milliards de dinars) d’ici 2020, en vue de soutenir une croissance inclusive et durable à même d'offrir des emplois aux jeunes générations.

Partenariat Jeunesse UE-Tunisie

La jeunesse tunisienne aura une place prioritaire dans la coopération future, a fait savoir Bergamini. Il a noté qu’à la suite de la visite en Tunisie du Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, le 1er novembre dernier, une nouvelle initiative a été mise en place pour promouvoir la place des jeunes dans la société. Des programmes de plusieurs centaines de milliers d’euros en matière d’emploi, de formation professionnelle, de mobilité, de culture, d’études et de recherches seront lancés en faveur de la jeunesse tunisienne, a-t-il indiqué. “Nous convenons aujourd’hui d'intensifier les échanges entre universités,” a-t-il noté en ajoutant que chaque année près de 1500 étudiants et jeunes pourront bénéficier des programmes européens tels qu’Erasmus+. “Nous multiplions à partir de janvier prochain, par plus de trois fois, les bourses traditionnellement allouées aux jeunes Tunisiens, soit 1500 chaque année” a-t-il précisé.

Bergamini a salué, d’autre part, la volonté de la Tunisie d’adhérer le programme “Europe créative” qui représente une opportunité additionnelle pour promouvoir les relations tuniso-européennes notamment en matière culturelle.

Questions migratoires et sécuritaires

Bergamini a évoqué, par ailleurs, les questions liées à la migration et à la mobilité, domaines dans lesquels l’UE et la Tunisie doivent travailler ensemble.

Il a noté que le lancement des négociations sur les facilitations des visas et de réadmission, le 12 octobre dernier, représente une étape importante dans ce processus.
Il est, d’autre part, revenu sur l’Accord de Libre Échange Complet et Approfondi (ALECA) et a indiqué que l’UE réaffirme son approche asymétrique du futur accord afin que la Tunisie puisse en tirer le meilleur.

Quant au volet sécuritaire, il a indiqué que l’UE poursuit son appui à la réforme du secteur de la sécurité en Tunisie. Il a noté que la deuxième session du dialogue politique de haut niveau sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme, prévue à Bruxelles le 19 janvier prochain, sera une occasion pour dresser le bilan de la coopération des deux parties en matière de lutte contre le terrorisme et prévoir les stratégies à mettre en place dans le futur.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.