La Tunisie demandera réparation à la France pour crimes de guerre affirme la présidente de l'Instance Vérité et Dignité

Publication: Mis à jour:
BIZERTE
capture écran/Youtube
Imprimer

Lors de son audition à l'Assemblée des représentants du peuple, en marge de l'adoption du budget de l'Instance Vérité et Dignité, la présidente de cette dernière a affirmé avoir des documents impliquant la France dans les exactions commises lors de la bataille de Bizerte.

"Nous sommes tombés sur des documents français qui nous donnent plus de preuves quant aux violations des Accords de Genève" a-t-elle indiqué face aux députés.

Selon la présidente de l'Instance, un dossier est en cours d'élaboration: "Ils ont bombardé des civils et ont commis des crimes de guerre, et cela est décrit" a-t-elle insisté avant d'ajouter: "Nous sommes entrain de préparer (un dossier) et quand il sera terminé, l'État français devra s'expliquer".

"La Tunisie demandera son droit, et je dis la Tunisie et pas l'Instance, car l'Instance prépare les dossiers et les transmet aux parties concernées, et celles-ci, feront on l'espère leur travail, à savoir demander à la France pas seulement des excuses mais aussi réparation pour ces violations en Tunisie, un pays indépendant et souverain" a-t-elle martelé.

La bataille de Bizerte (19 - 23 juillet 1961) a opposé la Tunisie, alors indépendante et la France à propos de la base militaire de Bizerte restée entre les mains de la France, qui n'a pas voulu la rétrocéder à la Tunisie. Après de vives tensions diplomatiques, un conflit militaire a lieu faisant 630 morts et 1555 blessées dont de nombreux civils selon les sources officielles tunisiennes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.