Après la COP22 à Marrakech, les Medays à Tanger

Publication: Mis à jour:
MEDAYS
Après la COP22 à Marrakech, les Medays à Tanger | MEDays
Imprimer

MEDAYS - Devenir un "véritable forum de travail et de réflexion" autour du "développement durable, de l’émergence économique des pays du Sud et de l’Afrique". C'est l'ambition de la neuvième édition des Medays, qui s'est ouverte mercredi 7 décembre, à Tanger. Le forum rassemble pendant trois jours plus de 3.000 participants et 120 intervenants de haut niveau, chefs d’Etats et de gouvernements, ministres, décideurs politiques, dirigeants d'entreprises, experts, universitaires, représentants de la société civile.

"Avec les chocs politiques qui ne cessent de secouer l'actualité, un climat géopolitique incertain, des foyers d’instabilité importants dans notre voisinage immédiat et une reprise économique qui se fait attendre, le monde a besoin, aujourd'hui plus que jamais, de nouveaux paradigmes pour assurer la paix, la stabilité et le développement durable", a fait valoir d'emblée Brahim Fassi Fihri, président de l'Institut Amadeus, qui organise le forum.

Ilyas El Omari, président de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avait également son mot à dire lors de la cérémonie d'ouverture.

"Le thème retenu cette année pour les Medays ("De la fragmentation à la durabilité: Révolutionner les paradigmes", NDLR) est très important parce qu'il fait le lien entre le changement climatique et le développement durable. Pendant les trois prochains jours, de nombreux débats vont avoir lieu autour de questions stratégiques pour le monde aujourd'hui. Ceci ne peut que constituer une valeur ajoutée pour le pays et la région de Tanger en particulier".

Solidarité avec Haïti

L'actuel secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM) s'est ensuite chargé de remettre le "Grand Prix Medays 2016", à Laurent Lamothe, ancien premier ministre de Haïti. Un signe de "solidarité envers une une société qui a fait face à plusieurs catastrophes successives ces dernières années et cherche actuellement sa voie pour un développement durable".

"A travers ce prix qui sera accepté, j'espère, par le peuple haïtien, nous voudrions montrer que le Maroc pense à Haïti à un moment où le pays est considéré comme l'oublié de la communauté internationale", a expliqué Brahim Fassi Fihri.

Ce pays de près de 11 millions d'habitants, devenu en 1804 la première république noire indépendante, a été touché par plusieurs catastrophes naturelles ces dernières années, notamment par un double séisme en 2010 et un ouragan dévastateur plus récemment, en octobre dernier.

Dans un communiqué publié en début de semaine, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a fait savoir qu'aujourd'hui, environ 1,4 million de personnes ont besoin d'une assistance alimentaire à Haïti, après le passage de l'ouragan Matthew qui a causé "la plus importante crise humanitaire depuis le tremblement de terre de 2010".

Selon la FAO, 90% des récoltes agricoles du pays ont été détruites.

LIRE AUSSI: