Huffpost Maroc mg

L'armée gouvernementale syrienne prend le contrôle de la Vieille Ville d'Alep

Publication: Mis à jour:
SYRIA
L'armée gouvernementale syrienne prend le contrôle de la Vieille Ville d'Alep | jasminam
Imprimer

INTERNATIONAL - La Vieille Ville d'Alep est tombée. Les forces gouvernementales syriennes ont pris le contrôle de la totalité de cette partie de la ville, après le retrait des rebelles face à la progression des troupes du régime dans la nuit, a rapporté mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les combattants rebelles se sont retirés des parties de la Vieille ville qu'ils contrôlaient encore après la reconquête de l'armée des quartiers voisins de Bab al-Hadid and Aqyul. "Ils se sont repliés de peur d'être assiégés" dans la Vieille ville, a expliqué l'OSDH. La Vieille Ville englobe une grande partie de la région est d'Alep, où les combats s'étaient intensifiés au cours des dernières semaines.

L'armée syrienne et ses alliés progressent rapidement dans la partie orientale d'Alep dont ils contrôlent désormais plus des trois quarts, trois semaines après le lancement de leur vaste offensive pour reconquérir la totalité de la ville. Le régime contrôle désormais toute la partie à l'est de la célèbre citadelle qui surplombe la deuxième ville de Syrie.

Dans la nuit, l'armée a mené d'intenses bombardements sur les zones encore contrôlées par les rebelles, dont le quartier de Al-Zabdiya, selon l'OSDH. Au moins 15 personnes, dont un enfant, ont été tués mardi dans Alep-Est.

Trois enfants font partie des 11 personnes tuées par des tirs rebelles sur les quartiers d'Alep-Ouest contrôlés par le gouvernement.

Selon l'OSDH, 80000 personnes ont fui Alep-Est depuis la mi-novembre, début de l'offensive du régime syrien pour reconquérir ce secteur contrôlé par les rebelles. Ces déplacés ont cherché refuge dans les quartiers gouvernementaux de l'ouest de la ville et dans les zones contrôlées par les forces kurdess, a précisé Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

Il était estimé que 250.000 personnes habitaient Alep-Est avant le début de l'offensive du régime, assiégées depuis la mi-juillet et manquant de vivres et de médicaments.

LIRE AUSSI: