Huffpost Maroc mg

En fin diplomate, Donald Trump attaque la Chine sur Twitter

Publication: Mis à jour:
TRUMP DECEMBER
U.S. President-elect Donald Trump gives a thumbs up to the media as he arrives at a costume party at the home of hedge fund billionaire and campaign donor Robert Mercer in Head of the Harbor, New York, U.S., December 3, 2016. REUTERS/Mark Kauzlarich | Mark Kauzlarich / Reuters
Imprimer

ÉTATS-UNIS - Et le tweet du jour est... Un mois après son élection à la tête des Etats-Unis, Donald Trump n'a pas rompu avec son style de campagne. Sauf qu'il est désormais président élu de la première puissance mondiale et chacune de ses prises de position, notamment sur les réseaux sociaux, est scrutée aux quatre coins de la planète.

Un jour, il dénonce des "fraudes massives" lors du scrutin présidentiel, un autre il suggère de mettre derrière les barreaux toute personne qui brûlerait le drapeau américain. Et ce dimanche 4 décembre, le populiste a ouvertement attaqué la Chine au sujet de sa politique des changes et de ses projets militaires. Deux tweet d'une finesse diplomatique toute relative alors que l'incendie, allumé en fin de semaine avec Pékin, commençait à peine à s'éteindre.

"Est-ce que la chine nous a demandé si c'était OK de dévaluer leur monnaie (ce qui complique la tâche de nos entreprises pour être compétitives), de lourdement taxer nos produits importés dans leur pays (les Etats-Unis ne les taxent pas) ou de bâtir un vaste complexe militaire en mer de Chine du sud? Je ne crois pas!"

Une réponse aux critiques de la Chine qui s'était ému que Donald Trump accepte, vendredi 2 décembre, de recevoir un appel de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen. Du jamais vu depuis 1979. Depuis, les proches du président élu s'étaient efforcés de calmer les esprits, évoquant notamment un simple "appel de courtoisie".

Faudra-t-il priver Donald Trump de son compte Twitter pour l'intérêt du monde? Rappelons que les proches du milliardaire avaient pris le contrôle de son profil pour éviter la moindre gaffe avant l'élection. Une situation amusante pour Barack Obama qui déclarait alors: "Si une personne ne peut maîtriser son compte Twitter. Comment pourra-t-il gérer le code de tir nucléaire?"

LIRE AUSSI: