Huffpost Maroc mg

"Football Leaks": Qui est le ballon d'or de l'évasion fiscale?

Publication: Mis à jour:
MESSI
Britain Football Soccer - Celtic v FC Barcelona - UEFA Champions League Group Stage - Group C - Celtic Park, Glasgow, Scotland - 23/11/16 Barcelona's Lionel Messi Reuters / Russell Cheyne Livepic EDITORIAL USE ONLY. | Reuters Staff / Reuters
Imprimer

SPORT - Le monde du football, une nouvelle fois dans le viseur de la justice. Vendredi 2 décembre, une enquête baptisée "Football Leaks" et basée sur la fuite de 18,6 millions de documents, a mis à jour plusieurs accusations de fraude fiscale parmi les plus grands noms du football mondial. Sont concernés, entre autres, les superstars Cristiano Ronaldo et José Mourinho, coach de Manchester United.

Mais ce nouveau scandale est loin d'être le premier. De Diego Maradona à Lionel Messi, en passant par Samuel Eto'o et Neymar, plusieurs grands noms du football mondial ont été condamnés ou font l'objet d'une enquête judiciaire pour fraude fiscale.

Comme vous pouvez le voir dans notre diaporama ci-dessous, certains ont d'ores et déjà été condamnés. Uli Hoeness le président du Bayern Munich, qui a purgé une peine de prison ferme, est celui qui a reçu la plus lourde condamnation. Lionel Messi devra également s'acquitter d'une amende conséquente. D'autres, comme le brésilien Neymar ou la légende Diego Maradona, sont encore sous le coup d'une enquête.

Uli Hoeness, le président du Bayern Munich

C'est la plus lourde condamnation prononcée à ce jour dans le monde du football pour fraude fiscale. Le président du Bayern Munich a été condamné le 13 mars 2014 à trois ans et demi de prison ferme pour avoir fraudé le fisc allemand à hauteur de 28,5 millions d'euros, grâce à de généreux revenus boursiers réalisés en Suisse dans les années 2000. Condamné à la prison ferme en 2014, il a démissionné de la présidence du club, et finalement purgé 21 mois derrière les barreaux, dont environ la moitié sous un régime de semi-liberté, qui lui permettait de ne passer que ses nuits en cellule. A peine sorti de prison, il vient d'être réélu fin novembre à la présidence du Bayern.

Lionel Messi

Lionel Messi, quintuple Ballon d'Or a été condamné en juillet 2016 par la justice espagnole à 21 mois d'emprisonnement pour une fraude estimée à 4,16 millions d'euros, sur les revenus tirés de ses droits à l'image, via un complexe montage de sociétés - au Royaume-Uni, en Suisse, au Belize et en Uruguay. La star barcelonaise doit aussi verser une amende de 2,09 millions d'euros au fisc et son père, Jorge Horacio Messi, 1,6 million. Soit 3,68 millions d'euros au total. L'Argentin, qui a fait appel, devrait échapper à l'incarcération, les peines de moins de deux ans n'étant généralement pas exécutées en Espagne.

Romario de Souza Faria

En 2009, l'ancienne gloire du foot brésilien est condamnée à deux ans et demi de travaux d'intérêt général et à une amende de 151.000 euros pour fraude fiscale. Croulant sous les dettes et malgré ses ennuis judiciaires, le champion du monde 1994 se fait élire député aux élections de 2010, puis sénateur quatre ans plus tard.

Diego Maradona

C'est une affaire sans fin. "Depuis plus de 25 ans, on me réclame injustement plus de 40 millions d'euros (...) pour une soi-disant fraude fiscale considérée inexistante par tous les juges", s'est offusqué le "Pibe de Oro" dans le Corriere della Sera en octobre. La légende argentine avait été condamnée en 2005 par la Cour de cassation à payer 37,2 millions d'euros, dont 23,5 millions d'intérêts de retard, pour n'avoir pas payé régulièrement l'impôt sur le revenu. Mais la justice italienne a décidé le 3 novembre 2012 de remettre les compteurs à zéro en raison d'erreurs de procédure, et une nouvelle enquête est en cours.

Samuel Eto'o

Le 24 octobre, la star camerounaise du foot a été accusée par la justice espagnole de ne pas avoir payé la bagatelle de 3,9 millions d'euros lors de sa période barcelonaise, de 2004 à 2009. Comment? Avec un montage de sociétés pour ne pas déclarer une partie des revenus tirés de ses droits à l'image. Eto'o, qui porte désormais le maillot du club turc d'Antalyaspor, risque plus de dix ans de peines de prison cumulées et des amendes représentant 18 millions d'euros au total.

Neymar da Silva Santos Junior

Après Messi, Neymar est l'autre superstar du Barça à être dans le collimateur de la justice. Ce ne sont pas ses droits à l'image qui sont dans le viseur mais les conditions de son transfert au Barça en 2013, qui fait l'objet de multiples procédures judiciaires en Espagne et au Brésil depuis trois ans.

Fin novembre, le parquet espagnol a requis à son encontre deux ans de prison et dix millions d'euros d'amende. Au Brésil, la justice a gelé en septembre 2015 une partie des actifs du footballeur (43,5 millions d'euros) pour fraude fiscale présumée en lien avec ce transfert. Elle soupçonne le joueur de ne pas avoir déclaré au trésor public un paiement de 10 millions d'euros fait par le Barça pour avoir des "droits préférentiels" dans son achat.

LIRE AUSSI:
Le Barça n'aurait pas dû appeler les internautes à soutenir Lionel Messi après sa condamnation pour fraude fiscale