Huffpost Tunisie mg

La Tunisie "prend toutes les dispositions" quant au retour de jihadistes tunisiens de Syrie et d'Irak affirme Caid Essebsi

Publication: Mis à jour:
ESSEBSI
PATRICK KOVARIK/AFP/Getty Images
Imprimer

La Tunisie "prend toutes les dispositions nécessaires" pour que les jihadistes tunisiens rentrant de Syrie ou d'Irak "soient neutralisés", a assuré vendredi le président tunisien Béji Caïd Essebsi.

En visite à Paris, le chef de l'État tunisien a participé à un déjeuner-débat organisé par le Cercle des médias, à l'issue duquel il a estimé, dans une interview à l'AFP, que "leur dangerosité, c'est du passé.

Nombre d'entre eux veulent rentrer, on ne peut pas empêcher un Tunisien de revenir dans son pays, c'est la Constitution. Mais évidemment nous n'allons pas les accueillir à bras ouverts. Nous allons être vigilants".

"Nous n'allons pas les mettre tous en prison, parce que si nous le faisons nous n'aurons pas assez de prisons, mais nous prenons les dispositions nécessaires pour qu'ils soient neutralisés. Nous les surveillons", a-t-il ajouté.

"Avec l'intervention russe en Syrie, les bombardements, il y a un repli vers la Libye, qui est la seule voie ouverte. Donc quand ils sont en Libye, ils nous inquiètent beaucoup plus, car ils sont près de notre frontière", a poursuivi M. Essebsi.

"Maintenant les problèmes de terrorisme sont derrière nous. Nous avons fait beaucoup de progrès pour combattre le terrorisme. La Tunisie n'est pas moins sûre que la France ou la Belgique", a-t-il assuré.

Le chef de l'État tunisien a appelé les touristes, en particulier européens, à revenir dans son pays. "Nous disons aux touristes étrangers que notre pays n'est pas plus dangereux que chez eux. Nous avons eu trois coups durs, ciblés, mais il n'y a plus le même risque qu'avant. (...) Nous avons passé l'an dernier une année très mauvaise, cette année c'est un peu mieux. Je pense que les perspectives de l'an prochain sont bonnes".

Les neuf premiers mois de 2016 ont vu les recettes touristiques baisser de plus de 34% par rapport à la même période de 2014, avant les attaques jihadistes contre le musée du Bardo et sur une plage de Sousse, en mars et juin 2015 (60 morts, dont 59 touristes étrangers).

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.