Huffpost Tunisie mg

Shams portera plainte contre l'avocate de Hizb El Tahrir pour appel meurtre des homosexuels

Publication: Mis à jour:
Imprimer

SOCIÉTÉ- Une avocate nommée Hanan Khmiri et se présentant comme porte-parole de la section "Femmes" du parti Hizb El Tahrir a publié un statut Facebook où elle a appelé à jeter, Haythem, victime d'une agression homophobe, "de le plus haut bâtiment de la ville", le désignant de "criminel".

facebook

LIRE AUSSI: Tunisie: Une nouvelle agression homophobe en plein centre ville. La victime hospitalisée

Elle a mis en cause également l'existence légale de l'association Shams. Cette dernière portera plainte contre l'avocate en question pour appel au meurtre, a affirmé l'avocate et le président de l'association, Mournir Baatour au HuffPost Tunisie.

LIRE AUSSI: La justice tunisienne autorise l'association Shams à poursuivre ses activités

Il est à noter que le jeune homme dont parle cette avocate s'appelle Haythem, âgé de seulement 21 ans. Il était l'un des six jeunes de Kairouan, arrêtés pour homosexualité. "Le jeune homme a été traité de tous les noms: "PD", "efféminé", pervers... par deux personnes qui l'ont reconnu. Il a essayé de prendre la fuite mais ses agresseurs l'ont rattrapé. Voulant appeler les policiers, le jeune homme a été poignardé, l'un des agresseurs l'a frappé avec une bouteille en verre sur le visage. La victime a été hospitalisée et va subir une opération à l'oeil. Quant à ses agresseurs, ils ont pris la fuite", avait rapporté au HuffPost Tunisie, Mounir Baatour.

La plainte de Shams se fondera sur les articles 50 et 51 du décret-loi 115 régissant la presse, a confié le représentant de Shams. Les deux articles en question punissent "ceux qui incitent directement une ou plusieurs personnes à commettre ce dont il s’agit, de ce qui peut être suivi d’un acte, soit par voie de discours, paroles ou menaces dans les lieux publics (...) ou par tout autre moyen d’information audiovisuelle ou électronique".

L'article 51 dispose qu"est puni de l’emprisonnement d’un an à trois ans et d’une amende de mille à cinq mille dinars quiconque incite directement, par l’un des moyens indiqués à l’article 50 du présent décret-loi, à commettre un crime d’homicide, d’atteinte à l’intégrité physique de l’homme (...)".

Le statut de la représentante de Hizb El Tahrir s'intègre par conséquent dans le cas de figure d'appel commettre un crime d'homicide via un support électronique, explique l'avocat de Shams.

"Cette plainte vise endiguer l'impunité des personnes qui profèrent ce genre de propos haineux et terroristes à l'égard de personnes homosexuelles qui souffrent par ailleurs dans un Etat qui les pénalisent, non pas parce qu'ils ont commis un crime mais pour leur orientation sexuelle, qui est de l'ordre de l'intime et ne devrait concerner qu'eux", a ajouté le président de Shams.

LIRE AUSSI: Lapidation, défenestration... une émission de la chaîne Zitouna tient des propos ouvertement homophobes (VIDÉO)

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.