Huffpost Maroc mg

Le Maroc fustige la présidente de la commission de l'Union africaine Nkosazana Dlamini-Zuma

Publication: Mis à jour:
NKOSAZANA DLAMINI ZUMA
Nkosazana Dlamini-Zuma, chairperson of the African Union Commission, attends the Valletta Summit on Migration in Valletta, Malta, November 12, 2015. REUTERS/Darrin Zammit Lupi MALTA OUT. NO COMMERCIAL OR EDITORIAL SALES IN MALTA | Darrin Zammit Lupi / Reuters
Imprimer

DIPLOMATIE - Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine n'est pas un long fleuve tranquille. Alors que la question de ce retour devra être tranchée en janvier 2017 lors du sommet d'Addis-Abeba, le ministère des Affaires étrangères et de la coopération a diffusé un communiqué dans lequel il se montre extrêmement critique à l'égard de la présidente de la commission de l'Union africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

Et pour cause. Celle-ci "tente de contrarier la décision du Maroc de regagner sa place naturelle et légitime au sein de sa famille institutionnelle panafricaine", accuse le département de Salaheddine Mezouar.

"Après avoir retardé, de manière injustifiée, la diffusion de la demande du Maroc aux membres de l’UA, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma poursuit son élan d’obstruction, en improvisant une nouvelle exigence procédurale, inédite et sans fondement ni dans les textes ni dans la pratique de l’organisation, et par laquelle elle rejetterait arbitrairement les lettres de soutien au Maroc émanant des ministères des Affaires étrangères des Etats membres de l’UA'', poursuit la même source.

Fin octobre, le roi Mohammed VI avait demandé au président tchadien Idriss Déby Itno d'intervenir auprès de Nkosazana Dlamini-Zuma afin qu’elle distribue à l’ensemble des États membres la demande d’adhésion du Maroc à l’organisation. Trois jours après, celle-ci avait indiqué au département marocain des affaires étrangères que la demande d’adhésion du Maroc sera diffusée à l’ensemble des membres de l’Union africaine le 4 novembre.

''La présidente de la Commission de l’Union Africaine se met en contradiction avec son devoir de neutralité, les règles et les normes de l’Organisation et la volonté de ses Etats membres'', souligne encore le ministère marocain des Affaires étrangères.

''Le Maroc dispose à ce jour, documents à l’appui, du soutien et de la pleine adhésion d’une grande majorité d’Etats membres, largement supérieure à celle requise par l’acte constitutif de l’UA. Ces membres ont d’ores et déjà communiqué à Mme Zuma des lettres de soutien, formelles et juridiquement valides, à la décision du retour du Maroc à l’Organisation panafricaine dès le prochain sommet'', conclut le communiqué.

La décision du Maroc de réintégrer l'UA, après trente-deux ans d'absence, avait été rendue publique en juillet dernier lors du 27e sommet de l'UA à Kigali. La décision fut accompagnée d'une motion signée par 28 États africains demandant le retrait de la RASD de l'organisation.

LIRE AUSSI: