Huffpost Maroc mg

Donald Trump nomme Steve Mnuchin, à la tête de l'économie américaine

Publication: Mis à jour:
DONALD TRUMP
Donald Trump nomme Steve Mnuchin, à la tête de l'économie américaine | Getty Images
Imprimer

ÉTATS-UNIS - "Je les connais, les banquiers de Goldman Sachs! Ils exercent un contrôle total sur Hillary Clinton", lançait Donald Trump au printemps 2016. Mais le popupliste n'est pas à une contradiction près. Il vient, en effet, de nommer Steven Mnuchin, un banquier de Wall Sreet et ancien dirigeant de la banque d'affaires Goldman Sachs, secrétaire américain au trésor.

Inconnu du grand public, ancien donateur du parti démocrate, ce grand brun de 53 ans à l'allure svelte surprend son entourage quand il devient directeur financier de la campagne de Donald Trump en avril 2016.

"Pourquoi?", se souvient s'être interrogé Ben Bram, son ami et ancien collègue chez Goldman Sachs. D'autant que le magnat de l'immobilier devenu président des Etats-Unis avait menacé Mnuchin de poursuites judiciaires pour un différend lié au financement d'un de ses gratte-ciel à Chicago. Est-ce un suicide professionnel, se demande-t-on dans les milieux financiers, décontenancés par la rhétorique incendiaire du candidat Trump contre les immigrés et le libre-échange.

De Wall Street à Hollywood

La presse économique prête à l'époque à ce père de trois enfants, deux fois divorcé, l'intention de s'installer au Trésor afin d'ajouter la touche finale à un parcours l'ayant conduit dans les principales sphères du pouvoir aux Etats-Unis: Wall Street, Hollywood et maintenant Washington.

Steven Mnuchin se voit ainsi récompensé de s'être rallié à Donald Trump au moment où les gros donateurs traditionnels du parti républicain, tels les milliardaires frères Koch, s'en détournaient

Il a un CV atypique: études à l'université de Yale, Goldman Sachs, création d'un fonds d'investissement avec le soutien du financier démocrate George Soros, production avec succès de blockbusters hollywoodiens comme "Avatar" et "Suicide Squad".

Un autre banquier nommé au Commerce

Il revient désormais à ce vétéran de Wall Street de réaliser les promesses ayant propulsé Donald Trump à la Maison Blanche sur fond de croissance modeste et d'augmentation des inégalités sociales.

Donald Trump a promis des baisses d'impôts, une réforme fiscale pour inciter les multinationales à rapatrier leurs bénéfices et le démantèlement de la loi Dodd-Frank, adoptée après la crise de 2008 pour protéger le système financier et les consommateurs des abus des banquiers.

"Il y a beaucoup à faire mais les priorités sont clairement les impôts, la règlementation, le commerce et les infrastructures", a-t-il énuméré récemment, disant espérer engager ces chantiers dans les 100 premiers jours.

Donald Trump a également confirmé la nomination de Wilbur Ross à la tête du département du Commerce, en charge de la politique industrielle américaine. Un autre banquier d'affaires.

LIRE AUSSI: