Huffpost Maroc mg

En Afrique subsaharienne, le Maroc investit surtout dans le secteur bancaire

Publication: Mis à jour:
BANK
En Afrique subsaharienne, le Maroc investit surtout dans le secteur bancaire | Shutterstock / Anastasios Kandris
Imprimer

INVESTISSEMENTS - L'Afrique subsaharienne accueille 62,9% des investissements directs étrangers (IDE) marocains dans le monde, avec un pic de 88,2% enregistré en 2010. C'est le résultat d'une étude sur le bilan des relations Maroc-Afrique subsaharienne lors des quinze dernières années, publiée par l'OCP Policy Center.

En Afrique subsaharienne, la présence marocaine est plus marquée dans le secteur bancaire qui occupe la première position avec une part de 41,6%, suivi par les télécommunications (35,9%), le holding (10,5%) et l’immobilier (6,4%), relève l’OCP Policy Center.

"Les investissements marocains en Afrique subsaharienne s’orientent vers ces secteurs par des prises de participation au capital des entreprises locales et/ou un montage de filiales", fait savoir le think tank basé à Rabat.

Plusieurs grandes banques marocaines ont en effet fait le choix d'investir sur le continent depuis quelques années. C'est le cas d'Attijariwafa bank, qui compte quelques centaines d'agences en Afrique et a récemment obtenu l'autorisation pour ouvrir une filiale au Tchad.

Le groupe BCP, de son côté, vient de signer deux conventions de partenariat à Madagascar en matière de bancarisation et d'inclusion financière.

Du côté des entreprises de télécommunications, Maroc Télécom poursuit son ambition africaine avec dix filiales dans neuf pays d'Afrique subsaharienne.

Les pays où le Maroc investit le plus

Parmi les Etats africains ayant reçu le plus d'IDE du Maroc ces dernières années, les pays francophones arrivent en tête. Le Sénégal a occupé la première position en 2008 avec 65,6% des investissements marocains sur le continent. Au cours des années 2009, 2010 et 2013, le Mali est arrivé premier, avec respectivement 58,9%, 35,6% et 28% des IDE du Maroc en Afrique selon l'OCP.

En 2011 et 2012, le Cameroun et la Côte d’Ivoire, avec une part de 55,2% et 55,9%, étaient les premiers pays de destination des flux d’IDE marocains en Afrique subsaharienne, ajoute la même source.

"La forte progression des flux sortants d’IDE marocains dans le monde et particulièrement en Afrique subsaharienne est liée principalement à la signature d’accords de protection et de promotion réciproques des investissements et de non double imposition entre le Maroc et les pays d’Afrique Subsaharienne", explique l'OCP Policy Center.

Près de 500 accords de coopération

Depuis le début des années 2000, le Maroc a conclu avec l’Afrique subsaharienne près de 500 accords de coopération dans plusieurs domaines, rappelle le think tank.

"Cette progression des IDE résulte également de l’adoucissement de la réglementation des investissements qui offre davantage de facilités aux opérateurs économiques marocains afin de leur permettre de saisir les opportunités à l’étranger", conclut-il.

Les récentes tournées du roi Mohammed VI sur le continent, notamment en Afrique de l'est dans des pays traditionnellement moins proches du Maroc, visent à étendre le champ de possibilités d'investissements pour les entreprises marocaines.

Le Maroc est le deuxième investisseur africain en Afrique derrière l'Afrique du sud, et le sixième plus grand investisseur africain dans le monde avec un stock d'IDE sortant de 4,5 milliards de dollars selon les chiffres de l'Office des changes.

LIRE AUSSI: