Huffpost Algeria mg

Opep: course contre la montre pour un accord d'ici demain

Publication: Mis à jour:
OPEC VIENA
A sign sits outside the building during the 168th Organization of Petroleum Exporting Countries (OPEC) meeting in Vienna, Austria, on Friday, Dec. 4, 2015. Oil headed for its fourth decline in five weeks as the Organization of Petroleum Exporting Countries looked set to leave its production ceiling unchanged at a meeting in Vienna on Friday. Photographer: Lisi Niesner/Bloomberg via Getty Images | Bloomberg via Getty Images
Imprimer

Les membres de l'Opep sont engagés mardi dans un ultime round de négociations à la veille d'une réunion du cartel où la perspective d'un accord pour limiter leur production semble s'éloigner, faisant replonger les cours du pétrole.

Depuis plusieurs semaines, les tractations vont bon train entre les 14 membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole pour mettre en place des quotas par pays destinés à relancer des prix déprimés par une surabondance d'offre depuis l'été 2014.

Mais si un tel accord est réclamé à cor et à cri par les pays les plus dépendants de la manne pétrolière comme le Nigeria ou le Venezuela, il achoppe sur les fortes rivalités entre l'Iran et l'Arabie saoudite, et la situation précaire de certains producteurs en guerre, à l'image de l'Irak et de la Libye.

A son arrivée à Vienne mardi, le ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zanganeh a indiqué que l'Opep gardait en ligne de mire ce qui avait été décidé à la réunion d'Alger fin septembre.

"Nous continuons à mettre en place le niveau de production que nous avons décidé en Algérie", a-t-il déclaré à un groupe de journalistes.

Les ministres de l'Opep sont convenus il y a deux mois à Alger, lors d'une réunion informelle, de ramener leur production entre 32,5 et 33 millions de barils par jour (mbj) et de parvenir à un accord avec d'autres grands producteurs, notamment le premier d'entre eux, la Russie, qui s'y est dit favorable sur le principe.

Cette dernière, qui a accepté de limiter mais non de réduire sa production, a répété mardi qu'elle ne prévoyait pas de participer à la réunion du cartel mercredi à Vienne.

"Il n'y a pas de nécessité, il faut d'abord que l'Opep tienne sa réunion. Bien sûr, s'il y a un consensus et que l'Opep prend une décision, nous nous mettrons d'accord au plus vite", a déclaré le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak, cité par l'agence Ria-Novosti.

Le ministre algérien de l'Energie Noureddine Boutarfa et son homologue vénézuélien Eulogio del Pino se sont pour leur part rendus lundi à Moscou pour tenter de convaincre la Russie d'abaisser sa production de 600'000 barils par jour (bj), soit plus que les 500'000 bj de baisse que lui proposait jusqu'ici le cartel.

M. Boutarfa, à son arrivée dans la capitale autrichienne mardi, a indiqué que "les discussions progress(aient) dans le bon sens" entre les membres du cartel.

Résistances iraniennes et russes

Mais alors que l'Arabie saoudite, poids lourd du cartel, semblait jusqu'alors juger "impératif" qu'un consensus soit trouvé pour appliquer l'accord d'Alger, elle a porté un coup dur aux discussions ce week-end en avançant qu'une baisse de l'offre n'était pas obligatoire et que les prix du pétrole allaient se stabiliser même sans intervention du cartel.

Durcissant encore davantage le ton mardi, les Saoudiens ont déclaré qu'ils étaient prêts à rejeter tout accord si l'Iran et l'Irak n'y participaient pas, selon une source proche de Ryad citée par l'agence Bloomberg News.

Même si certains observateurs y voyaient avant tout de la part de Ryad une pression de dernière minute sur les 2e et 3e producteurs de l'Opep, ce nouveau positionnement saoudien et l'absence de la Russie mercredi faisaient baisser les cours du pétrole.

Vers 14h30 GMT, le Brent, référence européenne du brut, perdait 1,69 dollars à 46,55 dollars tandis que le WTI, la référence américaine, déclinait de 1,68 dollars à 45,40 dollars.

"Le groupe d'experts n'a fait aucun progrès visible et tout est laissé à la réunion formelle de demain", estime Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

L'Iran, qui n'est enclin qu'à accepter un gel de sa production, "retarde le processus" des négociations en renvoyant toute décision à mercredi, ce qui fait en retour le jeu de la Russie "qui ainsi n'a pas à s'engager à quoi que ce soit avant la réunion de l'Opep", selon M. Jakob.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue iranien Hassan Rohani ont d'ailleurs fait part lundi soir, au terme d'une conversation téléphonique, de leur soutien aux mesures prises par le cartel.

Reste à savoir si un accord peut encore être efficace alors que l'Opep a pompé plus de brut que jamais en octobre - 33,64 mbj -, que la production russe a beaucoup augmenté ces dernières années pour atteindre plus de 11 mbj, et que plusieurs membres de l'Opep demandent à être exemptés de mesures contraignant leur offre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.