Huffpost Maroc mg

Primaire à droite: Les Français installés en Afrique du Nord ont de nouveau plébiscité Alain Juppé

Publication: Mis à jour:
ALAIN JUPP
French Foreign Minister Alain Juppe speaks during the Secretary-General's Symposium on International Counter-Terrorism Conference during the 66th session of the General Assembly at United Nations headquarters on Monday, Sept. 19, 2011. (AP Photo/Andrew Burton) | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

POLITIQUE - Les résultats provisoires du second tour de la primaire de la droite et du centre en France ont été rendus publics dimanche 27 novembre au soir. Et c'est l'ancien premier ministre français François Fillon qui est arrivé premier (66,5%), loin devant son concurrent Alain Juppé (33,5%).

Mais tout comme au premier tour, qui s'est tenu dimanche 20 décembre, c'est Alain Juppé qui a été plébiscité par les électeurs français installés en Afrique du Nord.

Sur le site dédié à la primaire de la droite et du centre, les statistiques provisoires nous apprennent que 51,5% des électeurs français en Afrique du Nord ont préféré Juppé à Fillon. Ils sont ainsi 1.562 à avoir accordé leur voix à l'ancien chef de l'UMP. Fillon, lui, a séduit 48,5% des électeurs issus de l'Afrique du Nord avec 1.470 personnes qui lui ont accordé leur voix.

Est-ce vraiment une surprise? Pas tout à fait. Le candidat à la primaire de la droite et du centre avait fait du Maghreb une de ses priorités lors de sa campagne. Alain Juppé avait en effet effectué une tournée dans la région afin de rencontrer ses potentiels électeurs.

Celui qui a désormais enterré son rêve de s'installer à l'Elysée s'était déplacé d'abord en Algérie en février 2016, avant de se rendre en Tunisie, puis au Maroc en mai dernier.

Alain Juppé a d'ailleurs séduit plusieurs circonscriptions installées hors de France. Il est arrivé premier en Amérique du Nord (52,6%), au Benelux (51,8%) et en Europe de l'Est (55,8%). Des soutiens qui n'ont visiblement pas été suffisants.

LIRE AUSSI: En France, François Fillon arrive en tête de la primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy reconnaît sa défaite