Huffpost Maroc mg

Déjà-vu 2, le film d'horreur qui va vous sensibiliser à la question du don d'organes

Publication: Mis à jour:
Imprimer

SANTÉ - Une bande de copains qui part camper en forêt, un bruit étrange laisser supposer une présence malveillante extérieure au groupe et une victime facile désignée d'avance. Vous connaissez la suite, tant ce scénario est récurrent dans les films d'horreur.

C'est ce genre de récit que l'Agence de biomédecine a décidé d'utiliser pour réaliser une campagne choc sur le don d'organes. Dans la bande-annonce d'un film qui n'en est pas vraiment un mais intitulé "Déjà vu 2", on retrouve tous les clichés d'un film d'horreur. Sauf qu'à la fin, comme vous pouvez le constater, l'Agence de biomédecine nous apprend que la mort de la victime n'était pas vaine.

"Ma mort sera la plus inutile depuis l'invention de la mort", ironise-t-elle dans ce clip. "Sauf que tout comme vous, je suis donneuse d'organes présumée. Et que je sauverai peut-être la vie de quelqu'un."

Réalisée par DDB Paris, cette bande-annonce à destination des jeunes nous apprend que nous sommes tous des "donneurs d'organes présumés". C'est-à-dire qu'à moins d'être contre et de le faire savoir, à notre mort, nos organes peuvent être prélevés puis donnés à ceux qui en ont besoin.

D'après la loi en effet, à moins d'être inscrit sur le registre national des refus, les organes d'un défunt peuvent être prélevés. Il suffit donc de s'inscrire sur ce registre pour le faire savoir, ou de confier un document écrit, daté et signé à un proche.

Sur son site, l'Agence de biomédecine répond à toutes les questions que l'on peut se poser sur le don d'organes. Depuis le 19 novembre jusqu'au 4 décembre, celle-ci mène une campagne nationale d'informations sur les dons d'organes et de tissus.

LIRE AUSSI: