Huffpost Maroc mg

Il faudra encore attendre pour voyager de Casablanca à Dubaï à bord de l'A380

Publication: Mis à jour:
EMIRATES A380
Il faudra encore attendre pour voyager de Casablanca à Dubaï à bord de l'A380 | shutterstock
Imprimer

TRANSPORT AÉRIEN - L'accueil de l'A380 d'Emirates Airlines à l'aéroport de Casablanca connaît quelques turbulences. Le mythique long-courrier produit par Airbus, qui aurait dû effectuer son premier vol en provenance de Dubaï et à destination du Maroc le 27 novembre, devra attendre mars prochain pour pouvoir atterrir sur le tarmac du terminal casablancais.

Dans un communiqué publié dimanche soir, l'Office national des aéroports (ONDA) a indiqué que l'aéroport Mohammed V de Casablanca ne sera habilité à recevoir l’A380 de la compagnie aérienne émiratie qu'à partir de la fin du mois de mars 2017, à cause de "contraintes techniques et d’exploitation".

Selon l'ONDA, l'arrivée d'un avion de cette envergure, qui peut accueillir 615 passagers (dont 557 en classe économique), nécessite en effet des aménagements spéciaux au niveau du parking de stationnement des avions, des passerelles télescopiques reliant l'appareil au terminal, et de l'accueil des voyageurs dans l'aéroport.

"L'ONDA a alloué un investissement important pour l’accueil spécifique du A380 en prévoyant, dans le cadre du projet de développement en cours du terminal 1 de l’aéroport Mohammed V, des passerelles télescopiques à deux niveaux, nécessaires au traitement en contact sur le terminal de cet appareil ainsi que des postes de stationnement dédiés", indique l'office.

"L’intégration de l’aéronef A380 durant le créneau de 11h30 à 14h30 sollicité par Emirates dégradera significativement le standard de la qualité de service tout au long de la chaîne du processus d'accueil des passagers et de traitement de leurs bagages", ajoute l'ONDA.

L'office explique aussi que "le poste principal de stationnement recommandé" pour accueillir l'avion "condamne une bretelle capitale pour la circulation" des autres avions, "ainsi qu’une voie de service", d'où la nécessité d'attendre la fin des travaux d'aménagement du terminal 1 pour pouvoir l'accueillir.

Des explications qui n'ont visiblement pas été très convaincantes pour les responsables de la compagnie émiratie, qui dans un communiqué publié un peu plus tôt dans la journée indiquent avoir été "déçus par le retard que le service du A380 vers le Maroc a pris", et être "perplexes" quant à la raison pour laquelle ils se sont vu refuser la permission de faire atterrir l'avion.

LIRE AUSSI: