Huffpost Algeria mg

Le pétrole recule dans un marché obnubilé par l'Opep

Publication: Mis à jour:
OIL PRICE
A trader works on the floor of the New York Stock Exchange (NYSE) in New York, U.S., on Monday, Aug. 22, 2016. U.S. stocks fluctuated after erasing an early slide, as a rally in drugmakers spurred by deal activity offset declines in commodity shares led by falling crude-oil prices. Photographer: Michael Nagle/Bloomberg via Getty Images | Bloomberg via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole baissaient vendredi en cours d'échanges européens dans un marché relativement calme alors que la prochaine réunion officielle de l'Opep se tiendra dans moins d'une semaine.

Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 48,45 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 55 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 44 cents à 47,52 dollars.

Après s'être envolés entre vendredi et mercredi, les cours du pétrole repartaient en légère baisse en fin de semaine, alors que les investisseurs restaient focalisés sur l'accord de limitation de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Les discussions sans fin entre les grands producteurs de pétrole, qui cherchent à collaborer pour limiter les dégâts de la surproduction mondiale, ont permis aux cours de remonter, mais des doutes persistent, prévenait Lukman Otunuga, analyste de FXTM.

Annoncé par le cartel de 14 pays fin septembre, cet accord vise à accélérer le rééquilibrage des marchés en limitant l'offre des membres de l'Opep et de leurs partenaires alors que la demande connaît une croissance atone.

Mais si l'accord est soutenu par l'Arabie Saoudite, premier exportateur mondial et premier producteur de l'Opep, et si l'Irak semble s'être plié aux demandes des autres membres, l'Iran s'oppose pour l'instant à faire de même, arguant que sa production nationale n'est pas à son niveau optimal car ses exportations n'ont repris qu'après la levée des sanctions internationales, en janvier.

Le ton sur les marchés pour la fin de l'année pourrait être donné par la façon dont le cartel se sort de cette illustration du dilemme du prisonnier, où plusieurs acteurs doivent se faire confiance et accepter des sacrifices personnels pour un résultat commun positif, estimait Lukman Otunuga.

La réunion officielle de l'Opep se tiendra mercredi 30 novembre à Vienne.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.