Huffpost Maroc mg

La Fondation Heinrich Böll se penche sur la marginalisation des jeunes au Maroc

Publication: Mis à jour:
JEUNESSE MAROCAINE
La Fondation Heinrich Böll se penche sur la marginalisation des jeunes au Maroc | DR
Imprimer

ÉTUDE - Jeunes, marginalités et violences au Maroc. Tel est l'intitulé d'une étude réalisée par le bureau marocain de la Fondation Heinrich Böll et l'Institut des études sociales de Rabat (Rabat Social Studies Institute- RSSI), dont les résultats ont été présentés jeudi 24 novembre à Rabat.

Cette étude conduite durant deux ans auprès de 177 jeunes âgés entre 17 et 32 ans et issus de 6 régions du Maroc vise à "approfondir la réflexion sur les problématiques de l’exclusion et de la violence chez les jeunes au Maroc".

Il en ressort que les jeunes interviewés "ne se sentent intégrés ni dans le processus de développement socio-économique ni dans la construction politique", a commenté la présidente du RSSI Saloua Zerhouni lors de la présentation des résultats.

"Le besoins de ces jeunes en termes d'éducation, de formation, de santé, de loisirs et surtout de reconnaissance d'une place au sein de la société ne sont pas satisfaits", a-t-elle ajouté.

Toutefois, "ils sont nombreux à se sentir comme des acteurs de développement et de changement, à même de créer leur propre espace pour faire de la politique différemment" et à "vouloir s'engager pour changer la situation et aspirer à plus de liberté et de justice sociale".

"La violence du côté des jeunes est toujours un phénomène inquiétant, indiquant un manque d'intégration social", a, de son côté, déclaré la directrice du bureau marocain de la Fondation Heinrich Böll Dorothea Rischewski.

"La violence est un phénomène majeur qui se voit régulièrement dans plusieurs domaines du quotidien qui risque de déstabiliser la société", a-t-elle poursuivi, faisant observer qu'"une active intégration des souhaits et des craintes des jeunes peut stabiliser et préserver le lien social entre les générations, les régions et les classes sociales qui s'avère primordiale pour un bon fonctionnement de la société".

LIRE AUSSI: