Huffpost Maroc mg

Milliardaire, "idéologue", voici la ministre de l'Éducation de Trump

Publication: Mis à jour:
BETSY DEVOS
Milliardaire, "idéologue", voici la ministre de l'Éducation de Trump | Mike Segar / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - L'administration de Donald Trump continue à se dessiner, avec des choix qui ne manquent pas de faire réagir. Mercredi 23 novembre, le président élu des Etats-Unis a annoncé la nomination de la femme d'affaires milliardaire et philanthrope Betsy DeVos, 58 ans, comme ministre de l'Education.

"Sous sa direction nous allons réformer le système scolaire américain et supprimer la bureaucratie qui handicape nos enfants, afin que nous puissions offrir une éducation et un choix d'écoles de niveau mondial à toutes les familles", a déclaré Donald Trump.

"Redonner à l'éducation américaine sa grandeur"

Betsy DeVos a dit être honorée d'avoir été choisie "pour redonner à l'éducation américaine sa grandeur", un jeu de mot sur le slogan de campagne du magnat de l'immobilier: "Make America Great Again". "Le statu quo n'est pas acceptable dans l'éducation", a-t-elle ajouté.

Donald "Trump a choisi la candidate la plus idéologue et hostile à l'école publique depuis la création du ministère de l'Education", a pour sa part fulminé sur Twitter Randi Weingarten, la présidente du syndicat American Federation of Teachers.

Lily Eskelsen Garcia, qui dirige un autre grand syndicat d'enseignants, la National Education Association, a elle estimé dans un communiqué que l'approche de la future ministre ne "faisait rien pour aider nos étudiants les plus vulnérables tout en ignorant ou exacerbant les fossés flagrants qui existent dans les opportunités" offertes aux jeunes.

Betsy DeVos est mariée à Dick DeVos, l'un des héritiers de Richard DeVos, la 88ème fortune américaine au classement Forbes de 2016 avec 5,4 milliards de dollars.

Le magazine explique que la famille DeVos donnent chaque année des sommes conséquentes à des organisations chrétiennes et conservatrices comme Focus on the Family, The American Enterprise Institute, un centre réflexion libéral et aussi l'ultra-conservatrice Heritage Foundation.

Betsy DeVos est aussi la soeur d'Erik Prince, un ancien Navy Seal qui a bâti sa fortune en montant Blackwater, une énorme entreprise de mercenaires, qui a défrayé la chronique en Irak pendant la guerre et a valu à l'entreprise des poursuites aux Etats-Unis et une commission d'enquête du Congrès.

Nikki Haley ambassadrice à l'ONU

Donald Trump a par ailleurs insufflé une dose de diversité dans son équipe en cours de formation en nommant au poste d'ambassadrice à l'ONU Nikki Haley, une jeune gouverneur d'origine indienne.

Le magnat de l'immobilier pourrait aussi annoncer la nomination de son ancien rival de la primaire républicaine Ben Carson, un Noir, au poste de ministre du Logement.

En nommant Nikki Haley, gouverneur républicaine de Caroline du Sud, Donald Trump semble vouloir élargir sa base. Elle l'avait critiqué avec virulence lors des primaires et pris position pour l'un de ses rivaux, Marco Rubio.

education

Aux Etats-Unis, l'ambassadeur à l'ONU -poste occupé depuis 2013 par Samantha Power -est membre de l'administration et donc l'un des principaux collaborateurs du président.

Nikki Haley, 44 ans, est la plus jeune gouverneure du pays. Le nom de cette femme issue d'une famille sikh avait aussi été cité comme possible secrétaire d'Etat. Elle n'a pas d'expérience en matière de questions internationales, mais est "une négociatrice reconnue et nous avons l'intention de négocier plein d'accords", a assuré le président élu dans un communiqué.

Donald Trump n'avait nommé jusqu'à présent dans son équipe que des hommes blancs relativement âgés. La plupart d'entre eux sont des responsables très marqués à droite, adeptes d'une ligne dure sur des questions telles que l'immigration ou la lutte contre le fondamentalisme islamiste.

Parmi eux, Jeff Sessions, ministre de la Justice, l'ex-général Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale, et le très controversé Steve Bannon, conseiller en stratégie et personnalité classée à l'extrême droite.

"Longue et douloureuse campagne"

Donald Trump a quitté New York mardi après-midi pour aller passer le long week-end de Thanksgiving dans son golf de Mar-a-Lago, à Palm Beach (Floride). Dans un message vidéo diffusé mercredi, celui qui n'a jamais donné de conférence de presse depuis son élection a profité de cette fête pour appeler les Américains à l'unité après une "longue et douloureuse campagne".

Les familles américaines qui se retrouveront autour de la traditionnelle dinde sont en effet nombreuses à être divisées après ce scrutin indirect remporté par Donald Trump en nombre de grands électeurs, mais à l'issue duquel Hillary Clinton a recueilli deux millions de voix de plus que lui, selon des chiffres publiés mercredi.

"Cette campagne électorale est désormais terminée. Maintenant s'ouvre une grande campagne nationale pour reconstruire notre pays et restaurer l'espoir pour tous" les Américains, a ajouté Donald Trump.

De son côté, Barack Obama, qui quittera la Maison Blanche dans moins de deux mois, a affirmé que cette fête, pour laquelle il a gracié deux dindes comme le veut la tradition présidentielle, était l'occasion de passer "des sondages à la volaille" ("polls to poultry" en anglais).

Dans sa luxueuse villégiature de Floride, Donal Trump doit peaufiner la constitution de son équipe et pourvoir trois postes-clés: le chef de la diplomatie, le secrétaire à la Défense et le secrétaire au Trésor.

Le général James Mattis, un militaire respecté, est toujours le favori pour la Défense tandis que de multiples noms, dont celui de Steve Mnuchin, ancien banquier chez Goldman Sachs, circulent pour prendre la tête du Trésor.

Selon les médias américains, Mitt Romney, ancien candidat à la présidentielle en 2012 et féroce contempteur de Donald Trump, reste en course pour se voir confier les Affaires étrangères. La nomination de ce modéré serait un signal d'apaisement en direction du parti républicain et des partenaires de l'Amérique.

LIRE AUSIS: