Huffpost Algeria mg

5e soirée du Festival international Dimajazz: la musique caribéenne à l'honneur

Publication: Mis à jour:
DIMAJAZZ
Facebook/DimajazzFestival
Imprimer

Le saxophoniste anglais Courtney Pine et son groupe, stars de la 5e soirée du Festival international Dimajazz, ont enflammé mercredi la salle Ahmed Bey offrant au public constantinois un show exceptionnel aux confins du jazz et de la musique caribéenne.

Le saxophoniste, qui se produit pour la première fois à Dimajazz, a proposé des morceaux de son dernier album "House of Legends" qui rend hommage à des personnalités caribéennes ayant survécu aux affres de l’oppression raciale et à l’esclavage.

Considéré comme l’un des meilleurs saxophonistes de sa génération, le passage de Courtney Pine sur scène était l’occasion de voir déferler une "tempête" de sonorités afro-caribéennes créant, dés les premières notes jouées, une irrésistible envie de danser.

A travers "Kingstonian Swing", "Ma-di-ba", "Tico Tico" et tant d’autres morceaux, jonglant avec les instruments à vent, l’Anglais a joué de sa clarinette basse à la limite de l’apnée et ne s’arrêtait que pour interagir avec un public en transe.

L’émotion est décuplée lorsque Courtney Pine rejoint le public pour interpréter le morceau "Nelson Mandela", accueilli avec des tonnerres d’applaudissements.

Après le spectacle, le saxo ténor afro-britannique a déclaré à la presse qu’il était ravi par l’accueil chaleureux du public, soulignant que cette réceptivité lui a donné de l’énergie pour présenter le meilleur de lui même.

Maitre des fusions et des digressions musicales, il affirme puiser son inspiration dans toutes les musiques du monde qu’il essaye de jouer de manière contemporaine.

La musique expérimentale a également été à l’honneur, au cours de la 5e soirée de cette 14e édition de Dimajazz, avec un spectacle solo du violoniste italien Lucca Ciarla qui a notamment interprété ses compositions, en plus d’autres morceaux improvisés sur scène.

Le public a découvert à travers ce concert un violoniste à la technique bien singulière dont la dextérité et la virtuosité ont été saluées par des salves d’applaudissements qui ont ponctué sa prestation.

Ouvert le 19 novembre courant, le Dimajazz 2016 propose pour la clôture, jeudi soir, le groupe constantinois Smoke et la troupe No jazz.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.