Huffpost Maroc mg

Ce riad à Marrakech est devenu "un lieu de pèlerinage" pour les amateurs d'Instagram

Publication: Mis à jour:
Imprimer

WEB - Depuis quelques mois, les photos d'une piscine se trouvant dans un riad de Marrakech agitent la toile. L'endroit est devenu, selon le site en ligne spécialisé dans le web Mashable, "l'équivalent d'un pèlerinage pour la génération des médias sociaux".

Aujourd'hui, le hashtag #RiadYasmine, du nom du riad dans lequel se trouve cette piscine, totalise plus de 375 publications sur Instagram après seulement un an d'existence. Le compte du riad totalise de son côté plus de 28.000 abonnés, loin devant ses principaux concurrents.

La principale attraction? Cette désormais fameuse piscine située dans le patio du riad avec un immense symbole berbère dessiné dans le fond du bassin. Une piscine devenue un passage obligé pour chaque visiteur du riad (le bassin figure dans plus de la moitié des photos publiées avec le hashtag #RiadYasmine)

Just me & my 🦄🦄🦄 @funboylife

Une photo publiée par LAUREN BULLEN (@gypsea_lust) le

Le riad s'est même retrouvé récemment au centre d'une affaire cocasse. Une blogueuse voyage, Gypsea Lust, qui compte plus de 800.000 abonnés sur Instagram, a accusé une utilisatrice du réseau social d'avoir plagié ses photos. La seconde a en effet publié des clichés quasi-identiques à ceux postés par Gypsea Lust (Lauren Bullen de son vrai nom), dont une avec la piscine pour décor.

Un riad très "instagrammable"

Contactée par le HuffPost Maroc, Alice Tassery, co-directrice du riad, indique qu'elle a contacté la blogueuse Gypsea-Lust pour lui proposer de visiter l'hôtel si elle est de passage à Marrakech. "J'avais contacté Lauren Bullen par hasard, je me suis dis que je ne risquais rien d'essayer. Elle voyageait avec un autre blogueur, ils sont venus deux jours. Cela a été un vrai coup com' pour le riad", raconte-t-elle.

Concernant les accords passés avec les blogueurs, cette dernière déclare ne pas vouloir rentrer dans les détails: "il n'y a pas de tarifs à la carte pour les blogueurs, chacun est différent", dit-elle.

"Nous sommes restés à l'hôtel deux nuits en échange d'un post chacun. Ils ont fait le buzz et maintenant tout le monde veut séjourner au riad et prendre la même photo", a confié Lauren Bullen au site Mashable.

Une seconde blogueuse qui a réservé une chambre pour le mois de décembre , Teri Yeung, déclare elle ne pas avoir eu droit au même tarif et va payer sa chambre comme tout le monde. Il faut dire qu'avec "seulement" 1.200 followers, il est difficile de faire le poids face à Gypsea et ses 800.000 aficionados!

How's this for a backyard? ✧ #livealittle #riadyasmine #travelwithmally #morocco #marrakech #darlingescapes #wearetravelgirls

Une photo publiée par MARLENE SÆTHRE (@mallyandthemoon) le

Cette stratégie s'est avérée payante pour ce petit riad de seulement sept chambres. Aujourd'hui, presque 90% des réservations viennent de personnes ayant vu cette publication sur Instagram ou Pinterest. "On a surtout vu l'arrivée d'une clientèle beaucoup plus jeune", précise Alice. Nos clients sont en majorité des personnes âgées de 25 à 40 ans." Une clientèle plus à même de prendre encore plus de photos du lieu et de les partager sur Instagram.

Concernant leur nationalité, "on a assez peu de Français, précise Alice Tasseray. Nous recevons pas mal d'Américains et d'Australiens. Mais également beaucoup de visiteurs venant de pays nordiques comme des Néerlandais."

Une stratégie de communication numérique encore rare au Maroc mais qui pourrait faire des émules. Comme l'explique Alice Tassery, "il y a assez de travail pour nous tous, si d'autres riads à Marrakech veulent nous imiter ils sont les bienvenus".

Les blogueurs, armes de communication massive

Longtemps adoptés par l'industrie de la mode, ce sont désormais les professionnels du tourisme qui se tournent de plus en plus vers les blogueurs pour assurer leur communication. Avec parfois des millions de followers, les blogueurs spécialisés dans les voyages sont devenus des armes de communication massive.

Certains en ont même fait leur métier. Aux Etats-Unis, il existe d'ailleurs une association les réunissant, la "Professional Travel bloggers association" (l'association des blogueurs voyages professionnels). Des salons leurs sont également dédiés. Selon le journal français Les Echos, "en France, ils seraient “une cinquantaine à vivre pleinement de leur blog”.

LIRE AUSSI