Huffpost Algeria mg

Le pétrole en légère hausse, le marché nerveux avant la réunion de l'Opep

Publication: Mis à jour:
OIL PRICE
Traders work on the floor of the New York Stock Exchange (NYSE) in New York, U.S., on Monday, Aug. 22, 2016. U.S. stocks fluctuated after erasing an early slide, as a rally in drugmakers spurred by deal activity offset declines in commodity shares led by falling crude-oil prices. Photographer: Michael Nagle/Bloomberg via Getty Images | Bloomberg via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse mercredi en cours d'échanges européens à une semaine de la réunion officielle de l'Opep, les investisseurs semblant miser sur un accord du cartel pour limiter sa production.

Vers 11H05 GMT (12H05 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 49,27 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 15 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance gagnait 15 cents à 48,17 dollars.

Malgré une forte volatilité, les cours de l'or noir s'engageaient pour une quatrième séance consécutive de hausse après une réunion de travail du comité technique de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sur l'accord de limitation de la production.

Les discussions entre experts de l'Opep ces derniers temps ont permis certains progrès au cours des consultations prévues avant la réunion ministérielle du 30 novembre sur le projet de réduction de la production.

Un compromis à l'horizon

Cette fois-ci, le comité technique (qui s'est réuni lundi et mardi) est au moins parvenu à s'accorder sur une proposition qui sera soumise aux ministres lors de la réunion officielle du cartel, le 30 novembre à Vienne, soulignait Olivier Jakob, analyste de Petromatrix.

Selon la plupart des sources, la proposition sera de réduire la production de chaque pays, hormis le Nigeria et la Libye, entre 4 et 4,5% en se basant sur les niveaux d'octobre, rapportait-il.

Si cette proposition est bien retenue, cela signifierait que les demandes de l'Iran et de l'Irak, qui voulaient également être exemptées d'une limitation, n'ont pas été écoutées.

Avec tous les yeux rivés sur l'Opep, la publication des réserves américaines de pétrole par le Département américain de l'Energie (DoE), attendue en milieu de séance en Europe, était peu commentée.

Les réserves arrêtées au 18 novembre pourraient avoir augmenté d'un million de barils pour le brut, de 900.000 barils pour l'essence mais diminué d'un million de barils pour les produits distillés, selon un consensus compilé par l'agence Bloomberg.

En septembre, les pays de l'Opep se sont accordés sur le principe d'une réduction de la production de brut pour la ramener entre 32,5 et 33 millions de barils par jour (bpj), ce qui serait une première depuis 2008, afin de soutenir les prix.

Ces derniers jours, plusieurs ministres et responsables de pays de l'Opep ont déclaré que l'organisation se rapprochait d'un compromis et que la plupart des pays membres étaient disposés à consentir à l'Iran une certaine flexibilité en matière de production. Le Comité technique de haut niveau ne prendra aucune décision politique mais fera des recommandations qui seront débattues lors de la réunion ministérielle du 30 novembre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.