Huffpost Maroc mg

Industrie automobile: "Les objectifs tracés à l'horizon 2020 seront largement atteints", selon Moulay Hafid Elalamy

Publication: Mis à jour:
CAR MOROCCO
An employee works at the assembly line of Dacia Sandero cars at a factory operated by Somaca in Tangiers, February 21, 2013. Somaca is part of an expanding web of car makers and parts suppliers in Morocco, a heavily agricultural country which hopes to use the auto sector to expand its industrial base. A strong auto industry, exporting cars to Europe, North Africa and further afield, could help to resolve one of the country's main economic weaknesses, its external deficits. Morocco posted a trade | Stringer . / Reuters
Imprimer

AUTOMOBILE - C'est l'un des secteurs les plus dynamiques de l'industrie marocaine. L'industrie automobile, en plein essor depuis quelques années, devrait continuer sur sa belle lancée. Mercredi à Tanger, le ministre sortant de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a affirmé que "les objectifs tracés à l'horizon 2020 seront largement atteints, ce qui signifie très clairement que nous allons adapter notre stratégie pour aller au-delà car elle s'avère désormais obsolète".

Le Maroc, qui avait comme objectif d'atteindre 100 milliards de dirhams à l'export, a "la capacité d'aller beaucoup plus loin et de réaliser des objectifs encore plus ambitieux (...) Le royaume a aujourd’hui une capacité de fabrication de 600.000 véhicules par an et fait partie des grands fabricants de l'automobile dans le monde, avec le nouvel objectif d'atteindre 1 million de véhicules à l'horizon 2020", a déclaré le ministre aux journalistes présents à l'ouverture de la 5e édition de l'Automotive meetings Tanger Med. Organisée à l’initiative de l'Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile (AMICA) sous le thème "écosystèmes en marche", cette édition réunit des acteurs de la filière automobile comme Renault-Nissan, PSA et Volkswagen.

Un "essor remarquable", selon MHE

"Avec Renault, le pays a 2 milliards d'euros annuellement de pièces détachées en perspective à l'export, ce qui est colossal, en plus d'un milliard d'euros avec PSA et 600 millions de dollars avec Ford", s'est réjoui Moulay Hafid Elalamy, qui a fait de l'automobile et de l'aéronautique les piliers de son Plan d'accélération industrielle 2014-2020.

"Cet essor remarquable, soutenu par l'installation du premier et deuxième constructeurs, est conforté par la structuration actuelle du secteur en écosystèmes performants, conformément au Plan d'accélération industrielle et qui sont de précieux catalyseurs de sa montée en gamme, ancrant davantage et de manière irréversible le secteur dans l'industrie automobile mondiale et ouvrant de véritables opportunités pour ses acteurs", a-t-il noté.

Des bases pérennes

Le président de l'AMICA, Hakim Abdelmoumen, a indiqué que le secteur automobile "a pris son envol sur des bases pérennes et gagne aujourd'hui en maturité", ajoutant que "le secteur atteindra cette année 60 milliards de dirhams en partant de 25 milliards de dirhams en 2012".

"Quelque 14 milliards de dirhams d'investissement sont déjà engagés, 90.000 emplois seront réalisés en 2018 et le chiffre d’affaires à l'export et l'intégration en profondeur de 20 % seront réalisés à partir de 2017", a-t-il.

Premier secteur exportateur

A ce jour, sept écosystèmes ont été lancés dans le secteur automobile, dans le cadre du Plan d'accélération industrielle. Ils concernent les filières de câblage automobile, d'intérieur des véhicules et sièges, de métal et d'emboutissage, de batteries automobiles, de moteurs et de transmission.

En 2014, l'automobile est devenu le premier secteur exportateur au Maroc, devant les phosphates, grâce notamment à l'essor de l'usine Renault-Dacia-Nissan de Tanger Med. En juin 2015, le constructeur français PSA (Peugeot Citroën) a signé un accord englobant la construction d’une usine au Maroc, près de la zone franche de la région de Kénitra. Les premiers travaux de construction ont d'ores et déjà commencé, tandis que les machines seront installées en 2018. Le démarrage de la production, quant à lui, est prévu à l’horizon 2019.

LIRE AUSSI: