Huffpost Maroc mg

Pour Issa Hayatou, le Maroc "a tout ce qu'il faut" pour organiser la Coupe du monde

Publication: Mis à jour:
HAYATOU
DR
Imprimer

FOOTBALL - Le Maroc a "tout ce qu’il faut pour abriter la Coupe du monde". C'est ce qu'a déclaré lundi 21 novembre, lors d'une conférence de presse à Rabat, le président de la Confédération africaine de football (CAF) Issa Hayatou.

"Vous avez tout ce qu’il faut pour pouvoir aller très loin dans l’organisation de la Coupe du monde, compte tenu de ce que le royaume possède en matière d’infrastructures sportives et d’hôtellerie, qui sont irréprochables", a-t-il affirmé.

Pendant son séjour au Maroc, Issa Hayatou a tenu plusieurs réunions, notamment avec les responsables du Comité national olympique marocain et de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). Il a également visité le complexe sportif Prince Moulay Abdellah de Rabat, le centre de formation du Fath Union Sport (FUS) et le centre national de football de Maâmora, situé dans la banlieue de Salé.

"Vous avez déjà dix stades"

"J’ai vu les stades, vous pouvez logiquement espérer vous présenter à l’organisation de la Coupe du monde. Vous avez des hôtels et vous avez déjà dix stades (…), dont six que je connais et que j’ai eu l’occasion de voir", a assuré le patron de la CAF.

Ce dernier s’est dit "agréablement surpris par tout" ce qu'il a vu depuis son arrivée dimanche au Maroc. "Le progrès qui se dessine à travers les différentes installations que la FRMF est en train de mettre sur pied se passe de tout commentaire".

hayatou

Il s’agit d’un "grand travail, qui honore non seulement le Maroc, mais également l’Afrique, voire le monde entier, parce que ces installations vont profiter à l’ensemble des fédérations mondiales", a ajouté Issa Hayatou, estimant que le royaume allait en "récolter les fruits d’ici deux, trois ans maximum".

Ces déclarations de Issa Hayatou interviennent à moins de deux mois de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2017, qui doit se jouer du 14 janvier au 5 février au Gabon.

"C’est une fierté pour nous en tant que responsables du football africain, et on ne peut que s’en réjouir et transmettre tout cela au comité exécutif de la CAF (…) le 12 janvier à Libreville, à l’occasion de la CAN 2017", a-t-il fait savoir.

Selon lui, "le monde entier saura que le Maroc fait des pas énormes pour la réalisation de ses objectifs".

"Justice footballistique"

Faouzi Lakjaa, le président de la FRMF, avait également son mot à dire. "Je pense qu’à travers l’histoire du football, le continent qui a été assez lésé c’est le nôtre. Il est de notre devoir de travailler ensemble pour rétablir la justice footballistique et c’est ce qu’on est disposé à faire à côté de vous et des autres instances continentales", a assuré Lakjaa, en s’adressant à Issa Hayatou.

"Ce qui existe aujourd’hui au niveau du royaume honore les Marocains, mais aussi tout notre continent. Tout l’enjeu est de permettre à toutes les fédérations nationales de partager, de se développer et d’aller dans la même ligne", a ajouté le président de la FRMF.

Lors de son passage au Maroc la semaine dernière, Gianni Infantino, qui a succédé à Sepp Blatter à la tête de la FIFA, a également estimé que le royaume était aujourd'hui "en mesure d'accueillir la Coupe du monde de football eu égard à ses infrastructures et sa capacité organisationnelle".

Le Maroc, candidat malheureux à l'organisation des Coupes du monde de 1994, 1998, 2006 et 2010, semble bien déterminé à abriter la plus prestigieuse compétition de football. Il est attendu qu'il se porte candidat à l'organisation de la Coupe du monde 2026.

LIRE AUSSI: