Huffpost Maroc mg

Des quotas de pêche pour l'espadon de Méditerranée instaurés à partir de 2017

Publication: Mis à jour:
SWORDFISH
Fish are displayed for sale in the port city of Sidon, southern Lebanon October 22, 2014. REUTERS/Ali Hashisho (LEBANON - Tags: SOCIETY FOOD) | shutterstock
Imprimer

SURPÊCHE - Des quotas de pêche ont été instaurés pour la première fois pour protéger l’espadon de Méditerranée, à l’issue d’une réunion à Vilamoura (sud du Portugal) de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Cicta).

Au terme d’une semaine de discussions, le quota a été fixé à 10.500 tonnes pour 2017, et va baisser de 3% par an de 2018 à 2022, dans l’objectif de protéger ce poisson victime de surpêche depuis des décennies, ont indiqué l’ONG Oceana et l’Union européenne. En raison de la surexploitation, la population d’espadon a chuté de 70% en trente ans, selon Oceana.

Plus des deux tiers des poissons capturés sont des juvéniles (moins de trois ans), c’est-à-dire n’étant pas arrivés à maturité pour se reproduire, précise le Fonds mondial pour la nature.

Le Maroc, deuxième pays pêcheur

L'Italie est le principal pays pêcheur (45% des prises), suivie du Maroc (14%), de l'Espagne (13%), de la Grèce (10%) et de la Tunisie (7%).

Entre les années 2012 et 2015, les volumes d’espadon pêchés se sont stabilisés à près de 10.000 tonnes par an, après avoir fluctué entre 12.000 et 16.000 tonnes au cours de la période 1988-2011.

Un "groupe de travail spécifique" devrait se réunir début 2017 pour définir un schéma de répartition du quota entre les différents pays pêcheurs.

LIRE AUSSI: L'espadon de la colère (BLOG)