Huffpost Maroc mg

Le Maroc tâte le terrain pour organiser la Coupe du monde 2026

Publication: Mis à jour:
HAYATOU
Le Maroc tâte le terrain pour organiser la Coupe du monde 2026 | FRMF
Imprimer

FOOTBALL - Après Gianni Infantino, Issa Hayatou. Le président de la Confédération africaine de football (CAF) effectue depuis hier, dimanche 20 novembre, une visite officielle au Maroc. L'objet de son déplacement? Officiellement, il s'agit d'"étudier les moyens de développer le football en Afrique et les chantiers lancés à cet effet par la Fédération royale marocaine de football (FRMF)".

Selon Faouzi Lakjaâ, le patron du football marocain, les rencontres entre la FRMF et la CAF entrent dans le cadre des "négociations pour le renforcement de la stratégie du royaume pour l'organisation de grandes compétitions footballistiques internationales".

Consultations

La dernière visite à Marrakech du président de la Fédération internationale de football (FIFA), le Suisse Gianni Infantino, les 12 et 13 novembre dernier, et la prochaine visite du président de la Confédération asiatique de football (AFC), le Bahreini Cheikh Salman Ben Ibrahim Al-Khalifa, s'inscrivent dans le cadre de ces consultations, a-t-il souligné.

Lors de son séjour au Maroc, Issa Hayatou doit tenir plusieurs réunions, notamment avec les responsables du Comité national olympique marocain et de la FRMF. Aussi, le responsable doit visiter ce lundi le complexe sportif Prince Moulay Abdellah de Rabat, le centre de formation du Fath Union Sport (FUS) et le centre national de football de Maâmora, situé dans la banlieue de Salé.

2017, une année décisive?

Dimanche en conférence de presse, Lakjaâ a indiqué que l'année 2017 sera très importante pour le Maroc sur le plan footbalistique. "Il ne faut pas oublier qu'en février 2017, il y a les élections au sein de la CAF et le Maroc doit retrouver sa place au sein de l'instance dirigeante du football africain", a déclaré le président de la FRMF à Radio Mars.

Il y a un an exactement, en novembre 2015, la CAF avait exclu le Maroc des deux prochaines éditions de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) en 2017 et 2019, pour avoir refusé d'organiser la CAN 2015 par crainte du virus Ebola. La Guinée équatoriale avait alors été contrainte d'accueillir au dernier moment la compétition.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) avait toutefois annulé en avril dernier, en grande partie, les sanctions prises par la CAF contre le Maroc.

"Il y a également le dépôt des candidatures pour l'organisation de la Coupe du Monde 2026... Dans quelques semaines, le président de la confédération asiatique de football Salman Al Khalifa sera en visite de travail au Maroc et le président de la FIFA Gianni Infantino reviendra également au mois de janvier. C'est une démarche pour prouver que le Maroc peut organiser les plus grands événements sportifs, notamment et surtout la Coupe du Monde", a fait savoir Lakjaâ.

"Le jour où le Maroc se portera candidat, nous serons à ses côtés"

Une démarche qui pourrait être bien appuyée par le président de la CAF. "Les quatre fois où le Maroc était candidat, j'étais en tête pour pouvoir promouvoir la candidature du Maroc. Il n'y a aucune raison que je change (ndlr, ma position). Le jour où le Maroc se portera candidat, nous serons à ses côtés", a assuré Hayatou.

Lors de son passage au Maroc la semaine dernière, Gianni Infantino, qui a succédé à Sepp Blatter à la tête de la FIFA, a également estimé que le royaume était aujourd'hui "en mesure d'accueillir la Coupe du monde de football eu égard à ses infrastructures et sa capacité organisationnelle".

Le Maroc, candidat malheureux à l'organisation des Coupes du monde de 1994, 1998, 2006 et 2010 - c'est-à-dire toutes les fois où il s'est présenté -, semble bien déterminé à abriter la plus prestigieuse compétition de football, et il est attendu qu'il se porte candidat à l'organisation de la Coupe du monde 2026.

LIRE AUSSI: