Huffpost Algeria mg

Le pétrole en hausse, l'Iran renouvelle son soutien à l'accord de l'Opep

Publication: Mis à jour:
OIL
A worker checks the valves at Al-Sheiba oil refinery in the southern Iraq city of Basra, January 26, 2016. REUTERS/Essam Al-Sudani/File Photo | Essam Al Sudani / Reuters
Imprimer

Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens alors que l'Iran a de nouveau assuré soutenir l'accord sur la production actuellement négocié par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Vers 11H15 GMT (12H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 47,73 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 87 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat de décembre, dont c'est le dernier jour de cotation, gagnait 77 cents à 46,46 dollars.

Alors que la prochaine réunion officielle de l'Opep, qui se tiendra le 30 novembre, approche, les marchés scrutent les déclarations de chacun des participants pour savoir si un accord de limitation sur la production sera trouvé.

La hausse des prix est soutenue ce lundi par des annonces venues d'Iran, d'Irak et de Russie, qui soutiennent tous l'hypothèse d'un accord, expliquait Enrico Chiorando, de Love Energy.

Il y a une possibilité élevée que les ministres du Pétrole et de l'Energie de l'Opep arrivent à un accord lors de la réunion de novembre, avait ainsi déclaré le ministre iranien du Pétrole samedi.

Il semble que l'Iran a accepté un accord à condition de ne pas avoir à couper dans sa production mais de simplement devoir la limiter à son niveau actuel, analysait Enrico Chiorando.

Pour l'instant, l'accord repose essentiellement sur l'Arabie Saoudite, premier exportateur mondial, qui a affirmé être prêt à réduire sa production.

Dans ce contexte, les autres informations sur la production mondiale passaient au second plan.

L'activité aux Etats-Unis continue de s'accélérer, avec 19 puits de plus en activité la semaine dernière selon les données de Baker Hughes, rappelaient les analystes de JBC, qui soulignaient que le nombre de forages américains actifs n'avait plus été aussi élevé depuis février dernier.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.