Huffpost Algeria mg

Des milliers d'Américains s'engagent à s'inscrire comme musulmans si Trump crée un "registre" pour ces derniers

Publication: Mis à jour:
PROTEST TRUMP MUSLIMS
MANHATTAN, NEW YORK, NY, UNITED STATES - 2016/11/12: At the conclusion of a mass rally near Trump Tower, a demonstrator displays a sign. Following a rally on the fourth day after the U.S. Presidential election, several hundred demonstrators took to the streets of midtown Manhattan, staging an unauthorized march through traffic, eventually ending near West 57th Street and Seventh Avenue after passing through Times Square. (Photo by Albin Lohr-Jones/Pacific Press/LightRocket via Getty Images) | Pacific Press via Getty Images
Imprimer

Des milliers de citoyens américains ont annoncé vouloir s'inscrire comme musulmans, en solidarité avec ces derniers si le président-élu Donald Trump concrétise son plan de créer un "registre" pour examiner minutieusement les musulmans afin de "lutter contre les terrorisme".

"Nous devons être solidaires pour protéger nos voisins et nos droits les plus fondamentaux. Engageons-nous aujourd'hui à nous inscrire comme musulmans", peut-on lire sur la pétition du site "Register US" lancé à cette occasion et comptant samedi 19 novembre plus de 23000 inscrits.

Des chrétiens, des juifs, des sikhs ou des athées ont affiché leur solidarité avec les musulmans depuis l'élection surprise à la Maison Blanche de Donald Trump le 8 novembre après une campagne remplie de dérapages racistes et discriminatoires. En novembre 2015 et suite aux attentats de Paris, le candidat républicain a indiqué vouloir créer une base de données pour traquer les musulmans.

"Je mettrais ça en place, absolument", a-t-il affirmé sur MSNBC.

En décembre de la même année, il a proposé une "interdiction totale" de l'entrée des musulmans aux Etats-Unis.

LIRE AUSSI: Donald Trump veut interdire aux musulmans d'entrer aux Etats-Unis

Parmi les personnalités qui se sont engagés à s'inscrire comme musulmans figure Jonathan Greenblatt, le président de l'association de lutte contre l'anti-sémitisme Anti-Defamation League (ADL).

"Si un jour les musulmans américains sont obligés d'inscrire leur identité, ce sera le jour où ce juif fier s'inscrira comme musulman", a-t-il déclaré vendredi 18 novembre lors d'une conférence sur l'antisémitisme à New York. "En tant que juifs, nous savons ce que ça veut dire d'être obligés de s'inscrire", a-t-il ajouté en référence au Holocaust.

protest trump muslims

"Porter le hijab ne me rend pas moins américaine que vous", lit-on sur la pancarte de cette femme manifestant contre Donald Trump le 11 mars 2016 à St. Louis, Missouri



L'acteur américain d'origine japonaise George Takei a quant à lui signé vendredi une tribune dans le Washington Post intitulée "Ils ont détenu ma famille. Ne les laissez pas le faire aux musulmans". Il y rappelle la détention dans des camps de 120 000 personnes d'origine japonaise, dont sa propre famille, après l'attaque de Pearl Harbor durant la deuxième guerre mondiale.

Pour lui, les mêmes arguments qui ont conduit à cet épisode, pour lequel Washington s'est excusé après des décennies, sont reproduits aujourd'hui contre les musulmans. "N'a-t-on donc rien appris?" s'est demandé l'ancienne vedette de Star Trek.

LIRE AUSSI: La campagne de Michael Moore contre Trump: "Nous sommes tous musulmans"

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes de diverses confessions et origines continuent également d'afficher leur soutien aux musulmans sous le hashtag #IWillRegister.

"Si on force les musulmans à s'inscrire, je vais m'inscrire. Je ne suis pas musulmane".
"Si Donald Trump impose aux musulmans de s'inscrire, des milliers de Sikhs américains s'inscriront avec eux".
"Pas un grand fan de religion mais je suis un ÉNORME fan des libertés religieuses. Je vais m'inscrire comme musulman la minute même où des Américains y sont obligés".

La campagne du président-élu a tenté de faire marche-arrière sur ses plans, affirmant jeudi dans un communiqué aux médias que Donald Trump "n'a jamais plaidé" en faveur d'une base de données pour traquer les musulmans.

Des supporters de M. Trump ont cependant défendu cette idée, citant les camps d'internements des Américains d'origine japonaise comme précédent. "Nous l'avons déjà fait en nous basant sur la race, sur la religion, sur la région", a déclaré à Fox News Carl Higbie, porte-parole d'un groupe de collecte de fonds durant la campagne de Donald Trump.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.