Huffpost Maroc mg

Le roi Mohammed VI en Ethiopie: Une visite et des enjeux

Publication: Mis à jour:
MOHAMMED VI
Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

DIPLOMATIE - Le roi Mohammed VI, accompagné du prince Moulay Ismaïl, a quitté, jeudi 17 novembre, l’aéroport international Marrakech-Menara à destination d’Addis Abeba pour une visite officielle en république d’Ethiopie, première étape d’une tournée qui mènera le souverain dans plusieurs pays africains.

Le roi est accompagné lors de cette visite par une délégation officielle composée notamment de ses conseillers Fouad Ali El Himma et Yasser Zenagui.

La délégation comprend également le ministre des Affaires étrangères et de la coopération Salaheddine Mezouar, le ministre des Habous et des affaires islamiques Ahmed Toufiq, le ministre de l’Economie et des finances Mohamed Boussaïd, le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime Aziz Akhannouch, et le ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères et de la coopération, Nasser Bourita, ainsi que plusieurs autres personnalités civiles et militaires.

Acteur incontournable en Afrique

L'Ethiopie, dont la capitale Addis-Abeba abrite le siège de l'Union africaine, est un acteur incontournable en Afrique. Quatrième pays le plus prospère du continent après l’Afrique du Sud, le Nigéria et l’Angola, l'Éthiopie est capable d'influencer la position d'un certain nombre de pays de la région sur les questions diplomatiques.

Quid de sa position sur le Sahara? Longtemps réputée hostile au Maroc, l'Ethiopie reconnaît la RASD depuis 1979, mais cherche depuis quelques années à renforcer ses relations économiques avec le royaume, comme en témoigne la visite en 2015 au Maroc des ministres éthiopiens des Affaires étrangères et des Finances, respectivement Tedros Adhanom et Sufian Ahmed, suite à laquelle une ambassade de l'Ethiopie a ouvert à Rabat.

Une aubaine pour le royaume, qui semble vouloir développer des intérêts avec ce pays, dans l'optique de faire en sorte que les dirigeants éthiopiens mettent en balance leurs intérêts avec le Maroc et les autres pays.

Diplomatie du phosphate

En Ethiopie, bien que la part de l’agriculture dans le PIB ait baissé au cours des dix dernières années, elle représente toujours à peu près la moitié du PIB du pays. Il s'agit là encore d'une aubaine pour le Maroc qui, via l'OCP, principale arme de la diplomatie économique du royaume, a récemment décidé de créer une filiale d'OCP Africa en Ethiopie, retenue en raison de son fort potentiel agricole pour être l'une des têtes de pont du groupe OCP en Afrique. L'OCP construira en Ethiopie une usine d'engrais de 2,5 milliards de dollars, sur 100 hectares.

Mais même si les deux pays ont signé plusieurs accords dans les domaines de l'agriculture, de l'éducation et de la santé notamment, ainsi qu'un accord de coopération globale, les relations économiques entre le Maroc et l'Ethiopie restent loin de leur potentiel, et hormis le géant marocain des phosphates, les seules entreprises marocaines présentes en Ethiopie sont Managem, BMCE et M2M. Au vu du potentiel de croissance du pays, certains parlent de gâchis, et estiment que le Maroc peut mieux faire.

LIRE AUSSI: