Huffpost Tunisie mg

Déclarations, plan d'action, financements: La Tunisie renforce sa coopération en matière d'environnement lors de la COP22

Publication: Mis à jour:
TUNISIE
Facebook/ministère des Affaires locales
Imprimer

La Tunisie qui participe aux travaux de la COP22, tenue à Marrakech du 7 au 18 novembre courant, a signé mercredi plusieurs déclarations, plan d'action et financements au profit de la cause environnementale.

Une opportunité pour la Tunisie de renforcer sa coopération en matière d’environnement

La conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur l'environnement (COP 22) qui se tient à Marrakech (Maroc) constitue une opportunité pour la Tunisie de renforcer sa coopération en matière d’environnement, a déclaré Riadh Mouakhar, ministre des Affaires Locales et de l’Environnement.

Cet important évènement permet d’échanger les expériences dans ce domaine pour une transition vers une économie verte, sachant que ce sommet "est important pour notre pays". En effet, le changement climatique et l’effet de serre ainsi que la hausse du niveau de la mer peuvent léser notre économie sachant que la côte Tunisienne s’étend sur plus de 1000 km, a indiqué mercredi le ministre.

Ainsi la politique environnementale de la Tunisie se base sur la réduction des émissions à effet de serre pour une meilleure résilience au changement climatique, a déclaré le ministre à l’agence TAP.

A travers sa participation à la COP 22, La Tunisie a pu obtenir des financements extérieurs pour des projets permettant la réduction des émissions de carbone.

De nombreux acteurs internationaux ont fait part de leur disposition à financer une série de projets de développement durable a ajouté le ministre.

Il a fait fait état de l'élaboration prochaine de la stratégie nationale de l’économie verte, un mécanisme au service du développement durable qui permettra la transition vers l’économie propre, selon ses propos.

L'UTICA signe deux déclarations pour la lutte contre le changement climatique

Les quatre organisations patronales signataires de l’Union Maghrébine des Employeurs (UME) dont l’Union tunisienne de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), ont signé, mercredi à Marrakech, la déclaration maghrébine sur le climat et l’énergie et la Déclaration internationale de Marrakech, en marge des travaux de la 22ème Conférence des Parties (COP22) de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).

La déclaration maghrébine a été élaborée par l’ensemble des membres du comité de travail de l’UME lors des tables rondes régionales sur l’énergie et le climat organisées en Tunisie à l’UTICA, au Maroc à la CGEM, en Algérie à la CAP et en Mauritanie à l’UNPM et approuvée le 26 octobre à lors de la réunion de Bruxelles, précise un communiqué de l’UTICA publié, jeudi à Tunis.

"La conclusion de cette déclaration maghrébine, une contribution du secteur privé maghrébin à l’action climatique, réaffirme l’engagement des entreprises maghrébines à appuyer les efforts nationaux d’atténuation et d’adaptation face aux défis du changement climatique tout en soulignant les besoins des entreprises en accompagnement, en renforcement de capacités, de transfert de technologies et en financement", précise la même source.

Toujours en marge de la COP 22, l’UTICA et des organisations patronales de plusieurs pays, ont signé une seconde déclaration "la Déclaration internationale de Marrakech" qui vise à concrétiser l’engagement du monde des affaires dans une lutte coordonnée contre le changement climatique.

"Par cette déclaration, le secteur privé exprime sa disposition à renforcer l’intégration de la problématique climatique dans les modèles de développement des entreprises et partage le constat des effets et risques du changement climatique et de la nécessité de limitation du réchauffement mondial en dessous de 2°C", souligne le texte de la déclaration.

Dans les pays en développement, ajoute la déclaration, la lutte contre le changement climatique passera nécessairement par un renforcement des capacités locales dans ce domaine. Ce renforcement doit concerner toutes les composantes du secteur privé afin que celui-ci assure son rôle de catalyseur.

La réalisation de cet objectif implique un triple travail de sensibilisation, d’information et de formation afin que tous les acteurs du secteur privé soient au même niveau. Le secteur privé est prêt, ajoute la déclaration à assurer cette mission fondamentale de renforcement des capacités, directement ou dans le cadre d’un Partenariat Public-Privé.

Toujours dans le cadre des travaux de la COP 22, la délégation de l’UTICA, représentée par sa présidente Wided Bouchamaoui, et Hichem Elloumi, son premier vice-président, a participé, le 16 Novembre 2016, à la deuxième édition du High Level Business Summit, Cet évènement d’envergure a associé des présidents de patronats ainsi que des chefs d’entreprises afin de leur permettre d’échanger leurs points de vue et expériences avec leurs homologues d’autres pays et notamment marocains, dans différents secteurs se rapportant au climat.

Une rencontre sur "Le Plan National de Développement: Force Motrice Vers une Economie Tunisienne à Faibles Emissions et Résiliente au Changement Climatique", a eu lieu, mardi 15 novembre 2016, où le chef du gouvernement, M. Youssef Chahed a présenté les initiatives politiques et économiques tunisiennes conformément aux conventions internationales et notamment à l’accord de Paris sur le Climat.

Signature d'un plan d’action pour la mise en œuvre d’une stratégie de gestion de l‘eau dans l’ouest de la Méditerranée

La Tunisie a en outre signé, un plan d’action pour la mise en œuvre d’une stratégie de gestion de l‘eau dans l’ouest de la Méditerranée et d’une déclaration ministérielle commune, a fait savoir, Samir Bettaieb, ministre de l’agriculture, en marge de la COP22.

Dans une déclaration à l’agence TAP, Bettaieb a précisé, mercredi, que cette stratégie a été élaborée lors de la Conférence Ministérielle sur l'Eau, le 22 Décembre 2008 en Jordanie organisée l’Union pour la Méditerranée alors que son lancement officiel a eu lieu lors du Sommet 5+5 à Barcelone ( 23 novembre 2013).

La Tunisie a présenté, à cette occasion, 7 projets portant sur l’eau que des experts veilleront à leur mise en œuvre a ajouté le ministre de l’agriculture.

Ces projets intéressent notamment sur l’utilisation de technologies modernes de gestion des ressources hydrauliques de la nappe phréatique de Grombalia.

Ce plan d’action comporte 58 projets proposés par de nombreux pays qui ont participé au Dialogue 5+5 dont le coût global est estimé à 436 millions de dollars.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.