Huffpost Algeria mg

Le marché algérien des opérateurs mobiles virtuels toujours dans les limbes

Publication: Mis à jour:
ALGRIE TLCOM
Archives
Imprimer

Faute de statut, le marché algérien des MVNO, opérateurs mobiles virtuels, est inexistant. Le projet de la nouvelle loi des télécommunications devrait donner naissance à ce nouveau business model pour faire rentrer les télécommunications mobiles du pays dans l’ère du développement rentable.

En effet, des opérateurs MVNO ne possédant ni de réseaux physiques ni de licence pourront accéder aux offres de gros de type "voix" (2G) ou "Data" (3G et 4G) pour commercialiser des forfaits intégrales à des prix concurrentiels. Les prix de la minute d’une conversation téléphonique ou du mégaoctet d’une navigation sur Internet pour le consommateur final devraient alors être les plus bas depuis le déploiement des réseaux mobiles en Algérie.

Sur le plan international, les MVNO ont su en quelques années à imposer sur le marché des tarifs et services très attractifs. En Algérie, l’entrée en activité de tels opérateurs peut accélérer l’arrivée d’un "quatrième opérateur". En louant des capacités réseaux chez des opérateurs historiques de la téléphonie mobile, les MVNO réussiront à obtenir des parts considérables du marché.

Il faut savoir que le nombre d’opérateurs traditionnels (MNO) dans le monde a régressé pour laisser place à ceux qui ne disposent pas d’infrastructures réseaux. On compte actuellement plus de 1000 MVNO dans le monde, dont les deux tiers sont localisés en Europe avec des modèles économiques variés : SP MVNO (Service Provider), Full MVNO, etc. L’émergence des MVNO est à l’origine de la réussite de la stratégie économique de certains d’opérateurs traditionnels.

Ce qui a inspiré des géants des IT comme Google, Xiaomi, Alibaba, Lenovo, Foxconn et WhatsApp, et les a poussé à rejoindre la liste des 1000. Google, le dernier arrivé sur ce marché, vise à investir dans la notoriété de sa marque et son savoir-faire pour tenter de donner de la valeur ajoutée aux services mobiles (médias, financiers et télécoms).

L’explosion du nombre de MVNO a poussé des opérateurs traditionnels à réduire leurs investissements dans l’infrastructure réseau et intégrer des MVNO dans leurs stratégies de déploiement. Voilà pourquoi le nombre de MNO est en baisse dans le monde.

Dans le cas algérien, le gouvernement doit opter pour une mise à jour de la réglementation pour consolider la concurrence et non l’inverse. Autoriser l’activité des MVNO est un moyen parmi d’autres. Par exemple, Algérie Poste peut joindre la puissance de son réseau de distribution à celle d’un réseau d’opérateur traditionnel pour devenir un quatrième opérateur mobile avec la casquette de MVNO.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.