Huffpost Maroc mg

Ziad Takieddine affirme avoir remis trois valises d'argent libyen à Nicolas Sarkozy

Publication: Mis à jour:
Imprimer

POLITIQUE - Voilà un témoignage qui ne tombe pas au meilleur moment pour Nicolas Sarkozy, lancé dans un sprint final avant le premier tour de la primaire de la droite. Ce mardi 15 novembre, le sulfureux homme d'affaires Ziad Takieddine affirme avoir remis trois valises d'argent liquide provenant de Libye à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy, dans une vidéo mise en ligne par le site Mediapart (vidéo en tête d'article).

"C'est une valise comme ça. Ça s'ouvre comme ça. Et l'argent est dedans", mime celui qui se présente comme un intermédiaire entre le clan Kadhafi et l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy de 2007. "Dans la première (valise ndlr), il y avait 1,5 million", détaille Ziad Takieddine, décrivant des liasses de "billets neufs de 500 euros".

Selon BFMTV, Claude Guéant a d'ores et déjà fait savoir qu'il allait porter plainte en diffamation.

"Il savait très bien pourquoi j'étais là"

L'homme d'affaires explique que tout a commencé à la fin de l'année 2006, quand l'un des chefs des services libyens, Abdallah Senoussi, lui a demandé de livrer à Claude Guéant de l'argent liquide. Le vendeur d'armes dit recevoir l'assurance des services libyens que le voyage Tripoli-Paris sur la compagnie Afriqiyah se passera sans problème et qu'il ne se fera pas arrêter: "ils ont tout prévu". Puis, Ziad Takieddine affirme avoir livré l'argent Place Beauvau, où Nicolas Sarkozy était ministre de l'Intérieur et Claude Guéant chef de cabinet. L'homme d'affaires indique avoir laissé cette valise dans le bureau de ce dernier, avant de repartir.

S'ensuivront deux voyages similaires, à en croire les propos de Ziad Takieddinie. "La deuxième faisait 2 millions d'euros, et la troisième 1,5", se souvient-il, assurant que le total de ces versements occultes devait représenter 5 millions d'euros. Surtout, l'homme d'affaires affirme avoir rencontré Nicolas Sarkozy à deux reprises, en marge de ses livraisons.

"J'imagine qu'il savait très bien pourquoi j'étais là", affirme le Franco-Libanais. Lors de son troisième voyage Place Beauvau, il dit avoir été emmené directement dans le bureau de Nicolas Sarkozy, lequel lui a fait part du dossier des infirmières bulgares retenues par le régime de Kadhafi. À l'issue de cette conversation de "2/4 minutes", Ziad Takieddinie assure avoir déposé la troisième valise dans le bureau du ministre de l'Intérieur.

Un témoignage explosif qui pose la question suivante: pourquoi parle-t-il maintenant? "J'ai découvert des choses qui ne méritent plus d'être cachées", affirme l'homme d'affaires. "Le peuple français doit réagir, ça va exploser", prévient-il, décrivant un "système mafieux" dont Nicolas Sarkozy serait "la tête".

Guéant dément

Interrogé par Mediapart, Claude Guéant nie en bloc. "Je n'ai jamais reçu d'espèces du gouvernement libyen, non plus de quiconque d'autre du reste. Je n'en ai pas davantage vu passer. Le prétendre est mensonger et diffamatoire", assure-t-il.

Claude Guéant a été mis en examen pour faux, usage de faux et blanchiment de fraude fiscale en bande organisée dans l'enquête portant sur le financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy, en raison d'un virement suspect de 500.000 euros qu'il a justifié par la vente de deux tableaux flamands à un avocat malaisien, sans convaincre les juges.

Après trois ans d'investigations, les juges français ont recueilli plusieurs témoignages qui accréditent l'hypothèse d'un financement libyen. Pour autant, aucune preuve irréfutable ne vient pour l'instant confirmer ces accusations.

Reste dorénavant à la justice à vérifier les dires de chacun.

LIRE AUSSI: