Huffpost Algeria mg

La gestion des noms de domaine sous ".dz" confiée à une autorité de régulation aux prérogatives élargies

Publication: Mis à jour:
WEB BROWSER
Thomas Trutschel via Getty Images
Imprimer

L’attribution des noms de domaines algériens sous “.dz” aux sites internet sera confiée à l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) dont les prérogatives seront élargies, indique l’avant-projet de loi sur la poste et des communications électroniques dont le HuffPost Algérie détient une copie.

“L’autorité de régulation définit les politiques de gestion, d’administration et d’attribution des noms de domaines nationaux”, stipule l’article 101 du texte qui sera débattu prochainement au parlement.

LIRE AUSSI: Mobile: Bientôt vous pourrez changer d'opérateur en gardant le même numéro

Il indique également que l’autorité de régulation peut déléguer cette mission à des registrars, des entités gérant la réservation des noms de domaine internet.

La gestion du “.dz”, jusque là effectuée par le CERIST (Centre de Recherche sur l’Information Scientifique et Technique), a donné des résultats modestes comparée aux pays voisins. En novembre 2016, l’Algérie, avec moins de 6000 sites sous le nom de domaine national (.dz), est largement derrière le Maroc (.ma: 56 900), la Tunisie (.tn: 33 700) ou encore la Libye (.ly: 12 400).

dz

La performance du CERIST sur ce front a longtemps été critiquée par les experts. Comparée au “.com” dont l’enregistrement en ligne se fait en quelques seconde, la gestion bureaucratique, comme la demande d’un registre de commerce pour attribuer un nom de domaine national, figure parmi les raisons citées de ce retard.

“Vu que le secteur des TIC vit une situation de marasme, le développement du ".dz" ne peut pas connaître un meilleur sort", affirmait déjà en 2013 l’expert des TIC Younes Grar sur Maghreb Emergent.

L’avant-projet de loi sur la poste et des communications électroniques, en confiant la gestion du “.dz” à l’Autorité de régulation, compte apporter de la “flexibilité” pour enrichir le contenu numérique algérien.

L’ARPT, créée en 2000, aura aussi comme nouvelles missions d’approuver les offres de dégroupage de la boucle locale d’Algérie Télécom et d’accès aux réseaux. Elle sera également chargée de veiller au respect des droits des abonnés par les opérateurs et au respect de ces derniers des dispositions légales notamment relatives à la "cybersécurité", selon l’avant-projet de loi.

LIRE AUSSI: Algérie Télécom: Dégroupage de la boucle locale et co-localisation pour mettre fin au monopole

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.