Huffpost Algeria mg

Le ksar Tafilelt de Béni-Isguen obtient le 1er prix de ville durable

Publication: Mis à jour:
TAFILELT
Tafilelt.com
Imprimer

Le ksar de Tafilelt sis à Béni-Isguen (Ghardaïa) a obtenu lundi à Marrakech (Maroc) le 1er prix de ville durable, suite à un vote des internautes intitulé "coup de cœur des internautes City", a appris l’APS mercredi auprès des responsables de la fondation Amidoul, initiatrice du ksar.

Le ksar de Tafilelt, qui a été considéré comme une expérience humaine très particulière dans le Sahara et une éco-ville du désert, a obtenu plus de 600 voix des professionnels du monde, pour avoir allié l’architecture, le développement durable, la préservation de l’environnement et le cadre de vie, a expliqué Moussa Amara, chef du projet du ksar de Tafilelt.

Cette consécration a été obtenue suite à la première édition du concours Green City Solutions Awards, organisée par le réseau Construction 21 qui milite pour la promotion des constructions et quartiers innovants et durables, à l’occasion de la 22e session de la Conférence des Parties (COP 22) de Marrakech, a précisé de son côté Dr Ahmed Nouh, président de la fondation Amidoul.

Le ksar de Tafilelt a également été classé deuxième pour le Grand prix de la cité durable exemplaire par un jury thématique international qui l’a considéré comme un exemple à suivre et à répliquer en Algérie, a indiqué Dr Nouh.

LIRE AUSSI: Le ksar de Tafilelt de Ghardaia au concours sur "les cités exemplaires durables"

La cérémonie de remise des trophées pour les représentants de la fondation Amidoul s’est déroulée à Marrakech en présence d’une délégation ministérielle algérienne du secteur des Ressources en eau et de l’Environnement.

Le ksar de Tafilelt avait obtenu, rappelle-t-on, le premier prix de la ligue arabe de l’Environnement en 2014 dans la même ville du Maroc (Marrakech).

Lancé en 1997, ce nouveau ksar, qui s’étend sur un site rocheux d’une superficie de 22 hectares et compte 1.050 habitations, a été conçu pour une meilleure qualité de vie en s’appuyant sur l’interprétation consciente de l’héritage architectural ancestrale et de la préservation de l’environnement.

Les initiateurs du projet ont utilisé pour la construction de cette cité écologique des matériaux locaux (pierre, chaux et bois de palmiers) tout en s’inspirant des anciennes bâtisses des ksour du M’zab avec l’introduction intelligente de la modernité à l’intérieur des habitations.

Inauguré en 2006 par le Président de la République Abdelaziz Bouteflika, le nouveau ksar de Tafilelt s’inscrit dans une optique écologique et sociale tout en s’inspirant du patrimoine ancestral que renferme les Ksour traditionnels du M’Zab classés comme patrimoine universel en 1982 par l’UNESCO.

L’expérience du ksar de Tafilelt (Ghardaïa) est considérée par de nombreux spécialistes dans le bâtiment comme un modèle, une référence en matière de préservation du patrimoine architecturale alliant la modernité, le confort de vie et la bioclimatique ainsi que l’écologie.

Ses initiateurs s’attellent à mettre en place des stratégies singulières pour la gestion des déchets ménagers, de la densification et la préservation des espaces verts, de l’épuration naturel et biologique des eaux usées de la cité ainsi que l'amélioration du quotidien des habitants en créant un parc animalier et végétal des zones désertiques.

Ils se sont engagés à mener à bien tous les travaux de gestion des déchets ménagers en instaurant un système de collecte fixe ainsi qu’un système de valorisation et de recyclage des déchets, la création d’un système de traitement biologique des eaux usées par macrophytes à base de plants et d’un système d’éclairage public solaire.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.