Huffpost Maroc mg

Abdelilah Benkirane explique pourquoi il ne lâchera pas l'Istiqlal et Hamid Chabat (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
CHABAT BENKIRANE
DR
Imprimer


MAJORITÉ - "Je ne lâcherai pas le parti de l'Istiqlal", jure Abdelilah Benkirane. Autrefois ennemis jurés, le secrétaire général du Parti de la justice et du développement et Hamid Chabat, le patron de l'Istiqlal, semblent désormais liés par une proximité qui défie les aléas politiques du moment.

C'était lors de la réunion de la commission nationale du PJD, qui s'est tenue le 5 novembre. Expliquant sa prise de position, Abdelilah Benkirane a déclaré que Hamid Chabat a pris "deux positions mémorables".

La première, c'est quand "il a rejeté le mémorandum de l'opposition et du Rassemblement national des indépendants", qui a souhaité soumettre un mémorandum au roi, exprimant son refus de s'allier au PJD.

La seconde prise de position de l'Istiqlal est "son refus d'élire un président de la Chambre des représentants en dehors de la majorité", qui n'a pas encore vu le jour.

Pour décrire l'attitude de Hamid Chabat, Benkirane n'a pas fait l'économie de superlatifs. "Cette attitude était héroïque, et il est difficile de prendre une position pareille au Maroc", a martelé le chef du gouvernement.

Pourtant, les relations entre les deux hommes n'ont pas toujours été aussi cordiales. En témoigne la sortie de l'Istiqlal du gouvernement en 2013, causant par la même occasion une crise politique.

Auparavant ennemis intimes, s'assenant mutuellement des attaques frontales, frisant parfois l'indécence, les rapports entre les deux chefs de parti se sont graduellement rétablis au lendemain des élections communales et régionales qui se sont tenues le 4 septembre 2015. L'Istiqlal s'était alors positionné dans la "majopposition", hésitant entre rejoindre la majorité ou rester dans l'opposition. Suite aux législatives, le parti de l'Istiqlal a définitivement décidé de sceller son alliance avec le PJD.

LIRE AUSSI: Les principales leçons du scrutin du 7 octobre