Huffpost Maroc mg

Donald Trump nomme les deux hommes forts de sa future administration

Publication: Mis à jour:
PRIEBUS
Republican National Committee Chair Reince Priebus talks with fellow attendees as he awaits for the start of the debate between Democratic U.S. vice presidential nominee Senator Tim Kaine and Republican U.S. vice presidential nominee Governor Mike Pence at Longwood University in Farmville, Virginia, U.S., October 4, 2016. REUTERS/Rick Wilking | Reuters
Imprimer

ÉTATS-UNIS - L'équipe du futur président des États-Unis se dessine peu à peu. Donald Trump a annoncé dimanche 13 novembre la nomination de ses hommes forts dont le chef du parti républicain Reince Priebus, et Stephen Bannon, son directeur de campagne.

Reince Priebus, 44 ans, sera secrétaire général de la Maison Blanche, où il orchestrera toute l'administration du nouveau dirigeant populiste et servira de lien avec les élus et le parti, sorti divisé de la campagne. Plusieurs responsables du parti avaient notamment contesté pendant la campagne la nomination de Donald Trump comme prétendant à la Maison Blanche.

De son côté, Stephen Bannon, 62 ans, directeur général de campagne de Donald Trump et chef du site d'informations ultra-conservateur Breitbart News, sera "haut conseiller et chef de la stratégie".

La députée française d'extrême-droite Marion Maréchal-Le Pen avait annoncé samedi être prête à travailler avec Stephen Bannon, qui l'avait cité en exemple, en juillet, pour annoncer que Breitbart souhaitait s'implanter en France. Dans un long portrait qui lui était consacré en 2015, le site Bloomberg décrivait Stephen Bannon comme le stratège politique le plus dangereux des États-Unis.

"Je suis ravi de garder ma très performante équipe avec moi pour diriger notre pays", a commenté le président élu dans un communiqué de son équipe de transition, où les deux hommes semblent présentés sur un pied d'égalité.

"Steve et Reince sont des dirigeants très qualifiés qui ont bien travaillé ensemble pendant la campagne et nous ont menés à une victoire historique. Maintenant je les aurai tous les deux avec moi à la Maison Blanche où nous allons travailler à rendre l'Amérique meilleure", a-t-il ajouté.

"Abroger l'Obamacare" et "détruire le terrorisme radical islamique"

Dans ce même communiqué, Reince Priebus indique qu'il va "travailler à créer une économie qui marche pour tout le monde, à sécuriser nos frontières, à abroger et remplacer (la réforme de l'assurance santé) Obamacare et à détruire le terrorisme radical islamique".

Le futur chef d'orchestre de la Maison Blanche adopte ainsi une ligne plus dure sur la réforme d'assurance santé Obamacare -qui a permis à 22 millions d'Américains supplémentaires d'avoir une couverture médicale- alors que Donald Trump avait suggéré dans deux interviews qu'elle soit amendée et non entièrement abrogée.

Ancien président du Grand Old Party (GOP, le nom anglais du parti républicain) dans le Wisconsin avant de le diriger au niveau national, Reince Priebus est considéré comme un apparatchik, qui a monté les échelons au sein du parti et connait les rouages de Washington.

Stephen Bannon indique pour sa part qu'il travaillera en "partenariat" avec Reince Priebus comme pendant la campagne "pour aider à mettre en oeuvre le programme du président élu".

Les enfants de Trump pourront-ils faire partie de son administration?

C'est le vice-président élu des États-Unis, Mike Pence, qui a pris en main l'équipe de transition chargée de mettre sur pied une administration Trump. Il est secondé par Chris Christie, gouverneur du New Jersey, l'ex-candidat à la présidentielle Ben Carson, l'ancien président de la majorité républicaine à la Chambre des représentants Newt Gingrich, le général à la retraite Michael Flynn, l'ancien maire de New York Rudy Giuliani et le sénateur Jeff Sessions.

Par ailleurs, trois des enfants de Donald Trump, Ivanka, Eric et Donald Jr. font partie actuellement de cette équipe de transition, tout comme le mari d'Ivanka, Jared Kushner. Rudy Giuliani, un des plus proches conseillers du président élu Donald Trump, cité comme possible ministre de la Justice, a cependant affirmé dimanche que les enfants de Trump "ne pourraient pas travailler" au gouvernement de leur père "parce que la règle du gouvernement c'est de refuser le népotisme". Il a suggéré qu'ils reprennent plutôt son empire économique.

LIRE AUSSI: