Huffpost Maroc mg

Donald Trump président des États-Unis: vague d'intimidation sans précédent dans les écoles

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ETATS-UNIS - La peur d'un pays plus raciste, sexiste et homophobe au lendemain de l'élection de Donald Trump est peut-être en train de se concrétiser.

"Jour un dans l'Amérique de Trump", écrivent plusieurs utilisateurs de Twitter, en témoignant des actes xénophobes dont ils ont été victimes ou témoins. La majeure partie de ces événements s'est produite dans des écoles primaires, secondaires ou dans des universités.

Nous avons compilé les publications choquantes des internautes, qui dressent un portrait assez maussade de ce que vivent les enfants et adolescents faisant partie de minorités visibles ou religieuses dans leurs écoles.

Veuillez noter que certains témoignages ne sont pas appuyés par des preuves photos ou vidéos.

Cette vidéo montre une cafétéria où une majorité d'élèves blancs chantent "Construisez le mur" (build the wall):

Hier durant l'heure du dîner.

Dans une école de la Floride:

"Aux Noirs: mieux vaut choisir votre numéro d'esclave. Le KKK pour la vie. Go Trump."

Dans une école primaire:

"Des enfants au petit déjeuner et au gym chantaient "construisez le mur» aux enfants hispaniques."

Dans une école secondaire, un élève de race blanche a dit à un étudiant noir qu'il devait retourner cueillir du coton:

"Ce gars blanc m'a dit que j'étais un n**** et que je devais cueillir du cotton."

Sur la porte d'une salle de prière de l'Université de New York:

"Même pas 24 heures après l'élection."

Ces graffitis dans une école secondaire:

"Blancs seulement. Amérique blanche. F*** les n*****. Retournez en Afrique."

Des partisans de Trump harcèlent des femmes musulmanes sur un campus universitaire:

"Soyez prudents."

En Pennsylvanie:

"Le directeur d'une école admet que des élèves chantent: 'Cueilleur de cotton, tu es un n****, Heil Hitler."

Nous ne pouvons que répéter cet extrait du discours de concession d'Hillary Clinton.

"J'espère qu'il va réussir en tant que président de tous les Américains."

LIRE AUSSI: