Huffpost Algeria mg

Walid artisan bijoutier, sublime la matière avec doigté et minutie

Publication: Mis à jour:
WALID SELLAMI
Huffpost Algérie
Imprimer

Installé derrière son établi où la lumière du jour, qui perce timidement à travers la fenêtre, vient s’y réfugier, Walid Sellami, s’adonne à son métier d’artisan bijoutier avec beaucoup de dextérité. Ce jeune homme de 30 ans, dira d’emblée que rien ne le prédestinait à devenir artisan, et que c’est une "chance" que ce métier l’ait choisi.

Eprouver ce plaisir quasi-charnel à travailler en prise directe avec la matière, est le choix de carrière que Walid a fait il y a presque un an. On pourrait dire qu’il s’agit d’une reconversion professionnelle car Walid, est ingénieur de formation seulement lui il ne l’entend pas de cette oreille.

walid sellami

Pendant 3 ans comme les jeunes de son âge, Walid était actif dans la vie professionnelle. Mais son choix de carrière n‘était pas encore défini. Walid prend un an de réflexion où il s’essaie à d’autres professions.

Un jour, un ami lui propose de visiter son atelier de confection de bijoux. Au contact de cet univers, Walid tombe sous le charme de cet art.

"Le choix d’un métier tient parfois du hasard, et pour ma part j’ai découvert la création de bijoux grâce à un ami bijoutier qui m’a fait visiter son atelier. Un lieu qui m’a fort impressionné. À ce moment l’idée de me lancer à du m’effleurer l’esprit seulement je n’y croyais pas, j’étais à mille lieux de pense qu’un jour j’allais me lancer" raconte Walid sourire au coin.

walid sellami

"Je ne suis pas du tout manuel, je suis même maladroit" dit-il amusé. Mais l’envie de se lancer le tente davantage, et fini par céder.

"J’ai consacré près de 2 mois à me documenter sur ce qu’est la création de bijoux fait mains, les différents outils utilisés et techniques de cette pratique, je posais également des questions sur des forums spécialisés et cela m’a permis d’avoir une idée plus ou moins claire sur ce métier avant de passer à la pratique" précise Walid.

Après avoir assimilé les bases de ce métier, Walid s’y met ! L’heure est à la création. Il s’équipe de quelques outils, transforme son bureau en établi et commence à travailler le cuivre.

walid sellami

Pour affiner et singulariser sa démarche artistique, Walid opte pour le travail manuel. Cette démarche s’affirme également par le travail unique : Pas de collections calibrées, ni de travail de série, ni de modèle précis, mais plutôt un savoir-faire en herbe qui se concrétise en donnant libre court à son imagination.

Œuvre de la main et du métal

Pour expliquer son métier, Walid préfère s’adonner à une démonstration, où le travail à la main prend tout son sens. "Les outils que vous voyez là, ces limes et pinces, ce sont des outils rudimentaires qui préservent la valeur intrinsèque du travail manuel", décrit Walid.

Il place les pépites d’argent dans un creuset en céramique et fond la matière à l’aide d’un chalumeau "l’argent fond à des températures élevées c’est pour cela que le creuset est en céramique car cette matière support des degrés de chaleur élevés".

walid sellami

Une fois la matière fondu, il place le liquide dans une lingotière pour lui donner la forme de lingot. Ensuite il fait passer le métal au laminoir qui consiste à presser le métal.

"Aplatir, réchauffer, tremper dans l’eau et laminer une nouvelle fois. Cet exercice consiste à solidifier le métal car ça nous permet d’éliminer les bulles d’air".

De ces matières, il en parle comme d’un être vivant, Walid observe la moindre réaction du métal "il faut être à l’écoute de la matière, si on prend le cuivre cette matière est aussi surprenante qu’imprévisible, car un simple geste de martelage et la matière se dévoile sous différents aspect" décrit-Walid tout en continuant à travailler.

Revenant à son œuvre. Une fois le métal aplati, la bague qui commence à prendre forme est placée dans la "Cheville", un support où commence la création. "C’est l’étape la plus plaisante car c’est un moment de création. Je scie, je martèle je polis et rejoint les extrémités de l’anneau pour les assemblé avec de la brasure et le bijou commence à prendre forme".

bijoux walid

Loin des strasses et paillette, Walid crée lui-même l’ornement de ses bijoux, il ne se cloisonne pas, il laisse son imagination faire son œuvre. Il se référence également à son carnet de dessins, où l’on peut voir de nombreux modèles de bague, bracelets et pendentif, aussi singulier les uns que les autres.

Walid recherche l’épure dans la simplicité, dans la création il fait preuve de gout et d’imagination et accorde un grand intérêt au travail de la matière. Ces bijoux semblent séduire la gente féminine, il faut dire que ce jeune homme est très à l’écoute des envies de ces dames. "Un bijou doit ressembler à la personne qui le porte, si je parviens à créer un bijou imaginé par la personne, j’en tirerai toute la gratitude que m’offre ce métier ".

bijoux walid

Pour le mot de la fin, Walid confie qu’en peu de temps, le métier d’artisan bijoutier à pris beaucoup de place dans sa vie et à combler toutes les incertitudes. Aujourd’hui il voit en ce savoir-faire qu’il aspire à enrichir, un métier d’avenir et une passion pour la vie.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Bijoux de Walid par Nabil Zouggari
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction