Huffpost Maroc mg

À la COP22, les entreprises se penchent sur les investissements verts

Publication: Mis à jour:
BINGO
À la COP22, les entreprises se penchent sur les investissements verts | DR
Imprimer

ENVIRONNEMENT - Vendredi 11 novembre a été la journée des BINGO à la COP22. Les BINGO, (Business and industry non governmental organization, littéralement Organisation non-gouvernementale des affaires et de l’industrie), fédérées par la Chambre internationale du commerce (ICC), ont pour objectif de défendre les intérêts des grands industriels de la planète lors des conférences internationales sur le climat.

La journée a commencé avec une allocution d’ouverture du président de la COP22 Salaheddine Mezouar. Dans son speech, le président de la COP a insisté sur l’importance des partenariats et de la technologie. "Nous devons transformer la technologie en projets concrets. Nous avons besoin de plus d’engagement des entreprises pour cette transformation", a déclaré Mezouar.

Miriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a, de son côté, mis en avant les initiatives des entreprises marocaines en faveur de l’action climatique. Rappelant que si le changement climatique représente un véritable défi, elle a noté qu’il apporte également des débouchés à la communauté économique marocaine à travers les entreprises vertes. "Nous devons combler le fossé technologique. Le changement climatique ne connait pas de frontières".

Faire croître les investissements verts

La discussion "Réalités des nouvelles énergies", organisée par la Chambre internationale de commerce et le Conseil mondial de l'énergie, a mis en exergue les changements apportés par l’intérêt rapide et grandissant pour les investissements dans les énergies propres – et la rentabilité que cela a apporté à de nombreuses entreprises.

"Il est beaucoup plus facile désormais pour les banques de mobiliser des capitaux pour les investissements verts à cause de la tendance sur la baisse du carbone", a affirmé Abyd Karmali, directeur général de la finance climat de Bank of America Merrill Lynch, la division investissements de Bank of America. "Il y a eu un transfert flagrant vers les énergies renouvelables. C’est un défi d’avenir: 50 à 70 % des investissements dans les énergies renouvelables concernent les marchés émergents", a poursuivi Abyd Karmali.

Pour que les investissements croissent dans l’économie à bas carbone, les entreprises et les investisseurs nécessitent des déclarations sur la finance climat claires et consistantes, a affirmé Michael Wilkins, directeur général Infrastructure Finance Ratings chez S&P. Les recommandations du groupe de travail sur ces questions sont attendues pour le deuxième trimestre de 2017.

Le groupe de travail du FSB sur les informations financières liées au climat (TCFD) élaborera des informations sur les risques financiers liés au climat que les entreprises pourront utiliser pour fournir de l'information aux investisseurs, aux sociétés de crédit, aux assurances et aux autres parties prenantes. Le groupe de travail examinera les risques physiques, de responsabilité et de transition associés au changement climatique. Les éléments de base des recommandations incluront la gouvernance, la stratégie, la gestion des risques et les indicateurs et les cibles.

LIRE AUSSI: