Huffpost Maroc mg

Seyni Nafo: "Nous allons avoir plus de chefs d'Etat lors du Sommet organisé par le roi Mohammed VI" (INTERVIEW)

Publication: Mis à jour:
SEYNI NAFO
IISD
Imprimer

ENVIRONNEMENT - Seyni Nafo, diplomate malien né en 1981, est le porte-parole du groupe Afrique lors de la COP22. Il s'était particulièrement distingué lors de la COP21, où il avait défendu avec pugnacité les intérêts du continent. Dans ce bref entretien avec le HuffPost Maroc, il revient sur l'état d'avancement des travaux de la COP, des priorités de l'agenda africain, ou encore du Sommet organisé par le roi Mohammed VI avec les chefs d'Etat du continent.

HuffPost Maroc: Quel est l'état d'avancement des travaux de la Conférence?

Seyni Nafo: Les choses commencent. Il faut que l'on avance sur un certain nombre de points très clairs, dont la date à laquelle on aura terminé le travail technique, car dans cette COP, il y a une grande partie technique. La COP de Marrakech est une COP qui célèbre l'entrée en vigueur de l'Accord Paris, donc le travail technique pour la concrétisation de cet Accord va démarrer, et d'ici là, il faudra finaliser une feuille de route pour s'assurer que d'ici deux ou trois ans, on ait terminé.

Parmi les points importants, on retrouve la question de l'adaptation des communautés aux changements climatiques, et celle du Fonds d'adaptation aux changements climatiques (trois quarts du financement climatique vont à l’atténuation des effets du changement climatique, le reste à l’adaptation, alors que l’Afrique ne représente que 2,3 % des émissions de gaz à effet de serre, ndlr). Les pays développés se sont engagés à doubler les financements publics, et ont promis 100 milliards de dollars pour l'adaptation. Nous devrons donc essayer de sortir avec une décision concernant cela. Il nous faudra aussi sortir avec un certain nombre d'initiatives pour faire face à l'urgence climatique. En même temps, il y aura le Sommet des chefs d'Etat (organisé par le roi Mohammed VI le 16 novembre à Marrakech, ndlr), durant lequel nous discuterons de beaucoup de points.

Quels sont les sujets prioritaires qui pourront être discutés durant ce Sommet?

Les priorités africaines sont connues: c'est la question des énergies renouvelables, celle liée à l'adaptation de l'agriculture, ou encore aux océans et à la forêt. Il y a de grandes initiatives qui sont déjà là: La grande muraille verte (un projet développé par l'Union africaine pour affronter les effets de la désertification, et qui consiste à planter une coulée verte de 7.600 km de long sur 15 km de large de la Mauritanie à Djibouti, pour ralentir l’avancée du désert, ndlr), ou encore le bassin du lac Tchad. Ces initiatives sont là, mais il faut désormais les concrétiser.

Donc, les priorités ne changent pas, et je pense qu'il est important de mieux se situer, de mieux coordonner, afin d'avoir une véritable stratégie.

Quel est l'apport attendu de ce Sommet?

Durant la COP21, il y a eu un premier sommet à Paris, qui a réuni une douzaine de chefs d’État africains sur invitation du président français François Hollande. Cette fois, c'est Sa Majesté qui organise un sommet de chefs d'Etat africains, en Afrique. Je pense que nous allons donc avoir plus de chefs d'Etat, et plus de préoccupations. À titre d'exemple, ni l'agriculture, ni la question des océans n'ont été traitées à Paris...

LIRE AUSSI: Une torche écologique pour la COP22, le projet innovant de deux Franco-marocains