Huffpost Algeria mg

Webradio algériennes, un potentiel encore sous exploité

Publication: Mis à jour:
RSV
Nassera Dutour, porte-parole du Collectif des Familles de Disparus en Algérie (CFDA), derrière la Radio des Sans Voix | DR
Imprimer

La fermeture du champ hertzien à l’investissement privé a favorisé l’expression libre radiophonique sur le web. Les Webradios restent la seule alternative pour atteindre des auditeurs à la recherche de contenus différents de ceux des radios publiques.

Plusieurs Webradios algériennes ont émergé depuis une dizaine d’années. La création de la première web radio algérienne remonte à 2006 avec Radio Dzair de son fondateur Samy Slimani. Depuis, plusieurs webradios ont vu le jour. Durant la même période, d’autres ont jeté l’éponge pour différentes raisons. A celles lancées par des agences de communications ou des jeunes férus de défis radiophoniques 100% web, sont venues s’ajouter les webradios du mouvement associatif. Si la création de ce genre de médias n’est pas trop coûteuse par rapport à une radio classique, sa gestion demande une maîtrise technique afin de produire des contenus de qualité.

"Voix des femmes", la webradio de "Femmes en communication" (FEC), l’association qui a choisi la maîtrise des nouvelles technologies de l’information et de la communication comme "support principal" pour sensibiliser et informer sur la condition et le statut des femmes en Algérie. La webradio "a pour objectif de permettre aux femmes de transmettre leurs préoccupations, lutter contre les violences basées sur le genre et le harcèlement sexuel, de les informer sur leurs droits, de valoriser leurs réalisations et faire connaître leurs compétences dans tous les domaines, promouvoir le leadership féminin", explique Karima Belasli journaliste et responsable à "Voix des femmes".

La FEC n’arrive pas à avoir des financements pour cette webradio animée par deux journalistes volontaires, Karima Belasli et Samira Dehri.

Aux problèmes de financement, les webradios algériennes se trouvent face d’un autre type d’obstacle : la censure. C’est le cas de "Radio des sans voix", lancée le 16 juin 2016, par le Collectif des familles des disparus en Algérie (CFDA), et dont l’accès est impossible à partir de l’Algérie, sauf via un proxy ou une connexion VPN. Mme Leila Younsi Mokri, journaliste chargée de projets en communication au sein de cette webradio affirme ignorer à ce jour les raisons de ce blocage à partir de l’Algérie.

La "Radio des sans voix" a une thématique tout indiquée. Selon Mme Leila Younsi Mokri « L’audience de la radio est très encourageante ». Dès la première semaine du lancement, elle affichait "47.6% de nouveaux visiteurs". L’émission intitulée "N’oublions pas" domine le taux d’audience, selon la même source.

LIRE AUSSI: Collectif des familles de disparus lance la web "Radio des Sans Voix"

La radio n’offre pas l’émission directe, comme on le verra pour "Radio M" de Maghreb Emergent. Mais elle propose une revue de presse (mensuelle) liée aux droits de l’homme en Algérie, ainsi qu’une série d’entretiens et de portraits de disparus.

Thématiques

Fondée en 2013 par l’agence Interface Média, "Radio M", la "petite radio du Grand Maghreb", a réussi en l’espace de trois ans à gagner une audience importante grâce à sa particularité d’être la seul webradio algérienne qui donne de l’information en continu, un critère qui lui a permis d’obtenir une subvention de la part de la CFI (agence française de coopération médias).

Généraliste, elle propose un programme diversifié. Des émissions politiques, économiques, un flash d’informations et la météo dans les deux langues arabe et française ainsi qu’une émission sportive récemment lancée. Le tout autour d’une émission hebdomadaire populaire avec 9.54% de clics : Le café Presse Politique (CPP). Il s’agit d’un talk de journalistes pendant lequel est décortiquée l’actualité politique de la semaine, en Algérie et dans le monde.

"Radio M" a également pour projet de lancer un journal d’information, selon Soumia Ferkali, la réalisatrice. Les émissions de cette radio sont diffusées en mode du direct. Les versions vidéo diffusées sur les sites Maghreb Emergent et Radio M, affichent souvent des statistiques remarquables sur les réseaux sociaux, tel que la vidéo de l’entretien avec le général Benhadid qui a atteint 256.000 vues sur la chaîne Youtube de la webradio.

Le dernier né des webradios est "Radio RAJ, Voix des jeunes", lancée le 3 mai dernier par l’Association nationale "Rassemblement Actions Jeunesse". "Radio RAJ" propose une grille de programmes aux contenus diversifiés, avec une émission hebdomadaire, "L’invité de la semaine", consacrée aux questions culturelles, une autre bimensuelle, "Café des libertés", qui traite de divers questions, et une rubrique dédiées aux activités de l'association.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.