Huffpost Algeria mg

Vidéos sur mobiles, l'optimisme d'Ericsson malgré un fort taux d'insatisfaction des usagers

Publication: Mis à jour:
ERRICCSON
DR
Imprimer

La génération "Y" veut pouvoir visionner le contenu vidéo et télé sur les smartphones. Le consommateur veut à la fois une télévision linéaire porteuse de lien social et de partage, mais également profiter de la souplesse d’une offre TV/Media à la carte.

L’observatoire ConsumerLab d’Ericsson vient de publier sur son site web l’édition 2016 du rapport annuel sur la télévision et les médias. Ce rapport qui explique en profondeur et en détails la façon avec laquelle s’effectue la transition du visionnage TV et des vidéos, par les utilisateurs, des supports traditionnels vers les réseaux des télécommunications mobiles, montre qu’en dépit des améliorations réalisées par les constructeurs en termes de bande passante, à l’origine de l’essor de la vidéo en streaming et de la TV à la demande, l’usager demeure hésitant à opter totalement sur la lecture de ces contenus diffusés sur les supports mobiles.

Pour Zeynep Ahmet, consultant senior à l’observatoire ConsumerLab d’Ericsson : « D’après les résultats de notre large étude, nous constatons que les consommateurs sont de plus en plus nombreux à vouloir accéder, de manière totalement fluide, à du contenu vidéo et TV de qualité, quelque soit le service ou le dispositif utilisé. Pour les consommateurs en général, et plus particulièrement pour ceux de la génération Y, pouvoir visionner ce contenu sur les smartphones est aujourd’hui essentiel. Le consommateur veut à la fois une télévision linéaire porteuse de lien social et de partage, mais également profiter de la souplesse d’une offre TV/Media à la carte. Nous sommes aujourd’hui face à une expérience multiforme et à des consommateurs en recherche de contenus à la fois attrayants et personnalisés ».

200 heures de vidéos par an sur un smartphone

Depuis 2012, le temps moyen passé à regarder des programmes TV ou des vidéos sur les mobiles a augmenté de plus de 200 heures par an, allongeant ainsi le temps global de visionnage de 1,5 heure par semaine. Cet essor du visionnage sur mobiles s’accompagne d’un déclin de celui sur écran fixe (de 2,5 heures par semaine), sans que l’engouement pour la TV et la vidéo ne s’en trouve pour autant réduit.

Cette étude de l’observatoire ConsumerLab d’Ericsson sur la TV et les médias, la plus vaste jamais réalisée avec un panel de 30.000 clients, âgés de 16 à 69 ans, résidants dans 24 pays différents, établit dans le détail les comportements, attitudes et besoins des consommateurs vis-à-vis de la TV et des médias, ainsi que l’impact potentiel que ces tendances peuvent avoir sur les business models actuels de ce secteur. Mieux encore, elle concerne approximativement 1.1 milliards d’usagers de la téléphonie mobile, révélant ainsi une augmentation massive du visionnage de vidéo sur les terminaux mobiles.

Ericsson estime que les conditions de la migration du visionnage vidéo lié à l’industrie de l’audiovisuel traditionnelle vers celui des réseaux mobiles sont aujourd’hui réunies. Ce basculement aura des impacts importants sur les performances techniques des réseaux des opérateurs mobiles.

TV linéaire vs Vidéo à la demande

Selon les chiffres livrés par l’étude : la part de temps passé à regarder des programmes TV ou des vidéos sur les appareils mobiles s’est accrue de 85 % au cours des six dernières années (2010-2016), tandis que, sur cette même période, elle a diminué de 14% sur les écrans de télévision. Aussi, dans le monde, 40 % des consommateurs se disent « très intéressés » par une offre de données mobiles incluant le streaming vidéo illimité.

Les vues générées par les serveurs des contenus multimédias à la demande comme le streaming des séries TV, films et autres programmes génèrent de temps de visionnage de plus en plus longs. Le rapport a relevé une augmentation de 50% depuis 2010. Le phénomène de visionnage compulsif « binge watching » se confirme : 37 % des consommateurs interrogés avouent regarder, chaque semaine, deux épisodes ou plus à la suite d’une même série, et ils sont plus de 20% à avoir ce comportement de manière quotidienne. Enfin, 40% des personnes sondées disent regarder YouTube quotidiennement, et 10 % pendant plus de trois heures par jour.

Le rapport d’Ericsson note également le fort taux d’insatisfaction des utilisateurs en termes de découverte de contenus multimédias. Aux Etats-Unis, par exemple, 44 % des consommateurs avouent avoir, quotidiennement, du mal à trouver quelque chose à regarder sur la télévision linéaire, contre 36 % l’an dernier. Ils prennent 45 % de temps en plus à choisir ce qu’ils vont regarder lorsqu’ils utilisent des services de vidéo à la demande.

Paradoxalement, 63 % des consommateurs interrogés se disent très satisfaits de la découverte de contenus en ce qui concerne les services de vidéo à la demande, tandis qu’ils ne sont que 51 % à l’être lorsqu’il est question de la télévision linéaire. Ces résultats laissent supposer que, bien que le processus de recherche de contenus soit plus long sur les services de vidéo à la demande que sur la télévision linéaire, celui-ci reste néanmoins moins frustrant car, implicitement, le consommateur sait qu’il va y trouver quelque chose à regarder, au moment où il en a envie.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.