Huffpost Maroc mg

Barack Obama accueille Donald Trump à la Maison Blanche moins de 48 heures après sa victoire à l'élection présidentielle

Publication: Mis à jour:
OBAMA BARACK
U.S. President Barack Obama walks the Colonnade toward the Oval Office of the White House in Washington on election day, November 8, 2016. REUTERS/Kevin Lamarque | Kevin Lamarque / Reuters
Imprimer

ÉTATS-UNIS - Peu de personnes pensaient un jour réellement voir cette scène et pourtant: jeudi 10 novembre, Donald Trump va être accueilli à la Maison Blanche comme le nouveau president-elect, c'est-à-dire président élu mais pas encore en fonction.

Le milliardaire new-yorkais, qui a remporté mardi l'élection présidentielle en faisant mentir tous les sondages, sera reçu par Barack Obama dans le Bureau ovale à 11H00 locales (soit 16h00 au Maroc). Michelle Obama s'entretiendra de son côté avec Melania Trump, prochaine Première dame du pays.

"Je l'ai invité à venir à la Maison Blanche pour discuter de comment assurer une transition réussie", avait expliqué mercredi Obama (voir la vidéo ci-dessous). "Nous souhaitons tous son succès pour rassembler et diriger les Américains". Leur entretien sera ensuite suivi d'une allocution face à la presse.

En colère depuis les résultats de l'élection, de nombreux Américains refusent cependant d'être témoins de cette transition. Dans la nuit de mercredi à jeudi, des milliers d'entre eux ont envahi les rues grandes villes du pays comme New York, Chicago, Washington et bien d'autres, pour protester contre l'arrivée du républicain populiste à la tête du pays.

Le discours de Hillary Clinton, qui avait reconnu sa défaite plus tôt dans la matinée en demandant aux démocrates d'accepter ce résultat "douloureux", n'a pas l'air d'avoir calmé leurs ardeurs.

Les manifestants se sont notamment rassemblés en masse au pied de la Trump Tower à Manhattan où Donald Trump était resté enfermé toute la journée pour commencer à préparer son gouvernement et peaufiner ses premier jours au pouvoir.

LIRE AUSSI: Le programme en cinq points de Michael Moore pour l'après-élection