Huffpost Algeria mg

Algérie Télécom: le dégroupage apportera une dynamique à la concurrence

Publication: Mis à jour:
DG ALGRIE TLCOM
DR
Imprimer

Une polémique semble s’annoncer autour du projet de la nouvelle loi des télécommunications qui sera présenté au conseil des Ministres dans les prochains jours. Les responsables de la Fédération nationale des travailleurs de la poste et des technologies de l’information et de la communication, affiliée à l’UGTA, considèrent que le projet de loi va mettre en danger les travailleurs d’Algérie Télécom (AT).

Le syndicat s’oppose fermement au dégroupage de la boucle locale de l’opérateur historique. Pour lui, cette opération serait suicidaire pour Algérie Télécom.

Il est difficile d’adhérer pleinement à l’avis du syndicat d’AT dans la mesure où le dégroupage permettra à l’opérateur historique de tirer une ressource financière considérable en accordant aux futurs opérateurs concurrents d’utiliser ses tuyaux cuivrés pour vendre des services d’Internet haut débit. Louer ses infrastructures pourrait lui permettre de consolider ses investissements dans les projets du fibrage des supports de télécommunications.

Aujourd’hui, en Algérie, malgré le lancement de la technologie MSAN, le taux d’abonnement à l’ADSL demeure très bas. En clair, les services du "haut débit fixe" d’Algérie Télécom sont dépourvus de la capacité nécessaire pour, au moins, réduire le décalage entre le nombre de foyers raccordés à l’ADSL et celui en attente d’un raccordement.

Pour la majorité des spécialistes du marketing des télécommunications, le dégroupage de la boucle locale ferait sortir la concurrence de son état embryonnaire et relancer l’activité des ISP (provider Internet) au bénéfice de la croissance du taux de pénétration du haut débit fixe dans le pays. Les scénarios de protection contre la forte concurrence dans le haut débit mobile montrent que la seule solution passe par la création d’abonnés "dégroupables".

Pourquoi donc retarder un processus qui aurait dû être autorisé il y a plusieurs années déjà ? L’heure est donc aux accords sur les tarifs de dégroupage et non pas à son interdiction. La politique de la tarification est l’élément clé dans la mise en œuvre d’une concurrence active et productive pour l’économie nationale.

D’autre part, le dégroupage n’est pas le seul paramètre du développement des réseaux haut débit. Dans le cas de la téléphonie mobile, la mutualisation des infrastructures est aussi un moyen pour promouvoir l’Internet à haut débit.

LIRE AUSSI: Internet fixe: vers la fin du monopole d'Algérie Télécom pour baisser les tarifs de la connexion

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.