Huffpost Maroc mg

Le graphique en direct du "New York Times" qui a fait comprendre que l'impensable victoire de Donald Trump était possible

Publication: Mis à jour:
GRAPHIQUE
NYT
Imprimer

ÉTATS-UNIS - Si la soirée électorale a commencé avec des victoires de Donald Trump dans l'Indiana et le Kentucky, Hillary Clinton ne remportant que le Vermont, aucun n'observateur n'a sourcillé. Ces résultats étaient sûrs à plus de 90%.

Quand les cartes interactives affichées par toutes les chaînes de télévision sont devenues encore un peu plus rouges -la couleur du camp républicain- une heure plus tard quand le milliardaire new-yorkais est sorti vainqueur du Mississippi, de l'Alabama, le Tennessee ou la Caroline du Sud: même chose.

Au fil de la soirée, il est cependant devenu petit à petit évident que les États-clés (les Swing States, qui peuvent basculer pour un candidat comme l'autre) mettaient bien plus longtemps qu'escompté à être attribué à Clinton, comme à Trump.

Alors que les outils de prévision de grands médias donnaient 15% ou moins de chances à Donald Trump avant l'ouverture des bureaux de vote, cette situation a soudainement mis en lumière le fait que la course à la Maison Blanche allait être bien plus serrée que prévu.

Ce qui a cependant vraiment commencé à faire souffler un vent de panique sur les réseaux sociaux, chez les internautes anti-Trump tout du moins, c'est l'outil de prévision du New York Times. Sous forme de jauges qui évaluent en direct les chances de l'un ou de l'autre de l'emporter, l'aiguille qui donnait Trump gagnant a dépassé les 50% vers 21h30 (heure de New York). Moins d'une heure plus tard, celle-ci a bondi à 94%, le magnat de l'immobilier enchaînant les victoires dans plusieurs États.

graphique

Une heure plus tard. L'outil s'emballait encore un peu plus et donnait à Donald Trump plus de 95% de chances de l'emporter, le niveau maximum affiché sur la jauge, avec plus de 300 grands électeurs (sur le minimum de 270 requis).

graphique

LIRE AUSSI: En pleine élection américaine, le site d'Immigration Canada plante