Huffpost Maroc mg

"L'élection de Trump va renforcer la stratégie internationale de Mohammed VI" (INTERVIEW)

Publication: Mis à jour:
TRUMP
"L'élection de Trump va renforcer la stratégie internationale de Mohammed VI" | Getty Images
Imprimer

ÉLECTIONS AMÉRICAINES - Coup de tonnerre dans le ciel américain ce mercredi 8 novembre suite à l'élection de Donald Trump. Le candidat républicain, qui n'était pourtant pas favori dans les sondages pendant la campagne présidentielle, s'apprête à rejoindre la Maison blanche pour les quatre ans à venir. Comment analyser ces résultats? Est-ce une bonne nouvelle pour le Maroc? Les propos polémiques de Trump sur les musulmans seront-ils suivis d'effets? Entretien avec Mohamed Badine El Yattioui, docteur en science politique et membre de l'Institut marocain de relations internationales, actuellement au Mexique d'où il suit de près les élections.

HuffPost Maroc: Quelle analyse faites-vous de ces résultats?

Mohamed Badine El Yattioui: C'est une grande surprise pour tout le monde puisqu'aucun sondeur américain n'avait prévu la victoire de Donald Trump. Depuis le Brexit, on observe une véritable crise de la globalisation. Une partie de l'électorat américain issu du monde ouvrier ou de la classe moyenne, qui perd ses emplois suite à la globalisation, se radicalise et vote pour des candidats et des partis populistes. On a vu cela avec le Brexit et on voit cela maintenant aux Etats-Unis avec l'élection de Trump face à la candidate de l'establishment, Hillary Clinton. On est en train de fermer la page ouverte par les Britanniques et les Américains avec l'élection de Thatcher en 1979 et de Reagan en 1980, qui annonçaient le début de l'ère du libéralisme et du libre échange, et on la referme avec le Brexit et l'élection de Trump, toujours au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Ces pays ont pris conscience qu'ils n'étaient pas toujours gagnants dans la globalisation dont ils avaient fait la promotion, et souhaitent désormais créer un nouveau modèle.

Quelles conséquences l'élection de Trump pourrait-elle avoir sur les relations américano-marocaines?

Historiquement, le Maroc et les Etats-Unis ont toujours eu de bonnes relations. Le Maroc est le premier pays à avoir reconnu l'indépendance américaine à la fin du 18e siècle. Ce qui sera intéressant, c'est de voir un chef d'Etat complètement nouveau en politique étrangère, qui ne connaît rien ni au monde arabe ni à la politique internationale et ne fait pas la différence entre le Maghreb et le Machrek, faire face au roi Mohammed VI, qui développe une stratégie diplomatique assez séduisante vers l'Afrique et qui en plus de cela essaie d'avoir de nouveaux alliés comme la Chine ou la Russie. Donald Trump va très peu s'intéresser au Maroc, mais cela ne va que renforcer la stratégie internationale de Mohammed VI qui consiste à aller vers de nouveaux pays et de nouveaux partenaires.

Le Maroc va-t-il pour autant délaisser les Etats-Unis?

Non, le Maroc et les Etats-Unis resteront des partenaires au niveau sécuritaire, notamment dans la lutte antiterroriste, car le Maroc reste un pays très important pour les Américains au niveau de la collecte d'informations et de la méthodologie. Mais il sera intéressant de voir comment cela se passe au niveau économique et commercial, et notamment ce qui va advenir du traité de libre-échange entre les deux pays, même si son impact sur l'économie américaine est résiduel quand on le compare au traité de libre-échange entre les Etats-Unis et le Canada ou le Mexique.

La majorité des Marocains souhaitait voir Hillary Clinton élue, selon plusieurs sondages. Cela aurait-il été mieux pour le Maroc?

Au niveau des relations personnelles entre Hillary Clinton et le roi Mohammed VI oui, puisqu'ils ont de très bonnes relations qui remontent à l'époque de Bill Clinton. Au niveau politique, traditionnellement, les républicains ont de meilleurs relations avec la monarchie marocaine que les démocrates. Hillary Clinton avait aussi des bonnes relations avec Abdelilah Benkirane. Avec l'élection de Trump, c'est beaucoup plus imprévisible. Il ne connaît pas du tout le Maroc et les Marocains connaissent très peu Trump. Hassan II l'avait rencontré, mais il était alors un homme d'affaires, c'était un autre règne et un autre contexte international.

Toutes les déclarations très controversées de Donald Trump sur les musulmans seront-elles vraiment appliquées?

Il convient de rappeler que les musulmans représentent 0,8% de la population globale aux Etats-Unis, donc pas grand-chose par rapport à la communauté latino-américaine par exemple, qui représente, entre légaux et clandestins, environ 50 millions de personnes (sur une population de 300 millions). Il y aura clairement une différence entre les discours de campagne et les actes. Par ailleurs, les Etats fédérés ont un poids important, de même que le Congrès. Même si ce dernier est républicain, paradoxalement, je pense que les congressmen vont beaucoup embêter Trump et tenter de l'isoler. Trump est un débutant, il ne connaît pas les institutions. Il a face à lui des spécialistes qui sont là depuis des décennies et connaissent tous les rouages institutionnels. Et tous les républicains ne sont pas d'accord avec Trump. Il ne faut pas oublier non plus que les Etats-Unis sont un Etat de droit, il y a une judiciarisation des décisions, et les gens pourront contester s'il y a des abus ou des décisions controversées qui sont prises.

LIRE AUSSI: