Huffpost Maroc mg

Le dérapage homophobe de la branche du PJD à Ouazzane

Publication: Mis à jour:
Imprimer

HOMOPHOBIE - C'est une bien curieuse correspondance qui a atterri dans la boîte de réception d'un journaliste du HuffPost Maroc. Lundi 7 novembre, un email a été envoyé par la branche marocaine de Mobilising for Rights Associates (MRA), une ONG de défense des droits des femmes au Maghreb, dans lequel elle rapportait les observations finales du Comité des droits de l'homme des Nations unies, qui a examiné fin octobre le sixième rapport périodique du Maroc.

Dans ce courrier, MRA informait que l'organisme onusien appelait le Maroc a abroger l'article 489 du code pénal, qui punit les relations sexuelles entre les personnes du même sexe, et à "abroger ou modifier toutes les dispositions discriminatoires envers les femmes afin de donner plein effet au principe d'égalité consacrée par la Constitution".

capture

Cet email, envoyé à plusieurs personnes, dont des journalistes, des acteurs associatifs et des partis politiques marocains, a suscité une réaction inattendue du détenteur de l'adresse "pjd.wazzane@gmail.com".

"Que Dieu vous maudisse jusqu'à la fin des temps", a répondu à MRA Maroc cette adresse mail du parti de la lampe à Ouazzane. L'ONG a alors transféré ce message à tous les destinataires.

Contactés par le HuffPost Maroc, deux responsables au sein de la branche du PJD à Ouazzane, Abdelilah Chrifi et Abdelhalim Allaoui, ont confirmé que cette adresse est bel et bien détenue par la branche du parti conservateur à Ouazzane.

Les deux responsables prennent leur distance par rapport à cet échange perçu comme "une maladresse".

"Cet email ne représente aucunement les positions du PJD concernant la dépénalisation de l'homosexualité. Nous ignorons pour l'heure qui est l'auteur de ce courrier et mènerons une enquête en interne afin de déterminer son identité. De toute manière, ce n'est pas à une branche régionale du parti de s'exprimer sur des affaires de société, c'est au porte-parole officiel de le faire", a indiqué au HuffPost Maroc Abdelilah Chrifi, secrétaire provincial du parti à Ouazzane.

Toujours est-il que le PJD n'a jamais caché ses positions jugées homophobes. En juillet 2015, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane avait indiqué lors d'une interview que "les gens souffrant de cette tare (l'homosexualité, ndlr) devraient se cacher".

Avant lui, le ministre de la Justice Mustapha Ramid, intervenant au lendemain de l'agression d'un travesti à Fès, avait estimé qu'il valait mieux que "les hommes homosexuels changent de sexe".

LIRE AUSSI: