Huffpost Maroc mg

Maroc-Sénégal: Mohammed VI et Macky Sall veulent renforcer la coopération agricole (mais pas que)

Publication: Mis à jour:
M6
Mohammed VI et Macky Sall, le 6 novembre à Dakar | AFP
Imprimer

DIPLOMATIE - Au lendemain de son discours du 6 novembre, célébrant la Marche verte et prononcé depuis la capitale sénégalaise Dakar, le roi Mohammed VI a eu, lundi au palais présidentiel à Dakar, des entretiens avec le président sénégalais Macky Sall.

Les deux chefs d'État ont ensuite présidé la cérémonie de lancement d’un partenariat pour l'accompagnement de la petite agriculture et du milieu rural au Sénégal. Objectif: "faire bénéficier l’Etat sénégalais de l’expertise acquise par le Maroc en matière de développement de la petite agriculture, notamment dans le cadre du Plan Maroc Vert", indique l'agence MAP.

Ce partenariat "repose sur l'approche conjointe de quatre acteurs clés à savoir la Fondation Mohammed VI pour le développement durable, le groupe Crédit agricole du Maroc, le groupe Banque centrale populaire et le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime", a souligné le ministre de l'Agriculture Aziz Akhannouch.

Dans le détail, "la Fondation Mohammed VI pour le développement durable apportera son expertise en matière de développement social et solidaire, ainsi qu'un apport financier de 1 million d'euros sous forme de don pour la création d'un fonds de garantie avec le soutien du ministère de l’Economie, des finances et du Plan de la république du Sénégal, dédié aux prêts qui seront attribués aux petites exploitations agricoles par Atlantic Microfinance for Africa (AMIFA), filiale du Groupe Banque centrale populaire", a fait savoir le ministre marocain.

Et Akhannouch d'ajouter que "le Groupe Crédit agricole du Maroc mettra à disposition son expertise en matière d'ingénierie de financement, tout en ayant une contribution financière directe à hauteur de 1,5 million d'euros au dispositif", tandis que "le Groupe Banque centrale populaire via l'AMIFA, déjà implantée au Sénégal, apportera une contribution financière additionnelle de 1,5 million d'euros, outre l'accès à ses réseaux et l'utilisation de son back office".

"Le ministère de l'Agriculture et de la pêche Maritime, enfin, apportera son expérience issue du Plan Maroc Vert, en matière de gestion des projets et de cadrage stratégique", a-t-il déclaré, ajoutant que "les 3 millions d'euros prévus dans le dispositif adossés au fonds de garantie financé par la Fondation Mohammed VI pour le développement durable, permettront un effet de levier pour une disponibilité immédiate de 10 millions d'euros de crédits à distribuer. Cela permettra de "toucher directement près de 7.000 petits agriculteurs et près de 70.000 cumulés d'ici 5 ans".

La seconde convention est un mémorandum d’entente pour "la mise en œuvre d’un plan d’aménagement de la pêche au poulpe entre les gouvernements des deux pays". En vertu de cette convention, "la partie marocaine s’engage à fournir un appui dans l’évaluation des stocks de poulpe par la méthode géostatistique et l’estimation du potentiel exploitable à l’aide d’un modèle ad hoc adapté à cette ressource. Elle accompagnera également la partie sénégalaise dans la définition des modalités pratiques d’implémentation du plan d’aménagement", écrit l'agence MAP.

Le Maroc et le Sénégal ont également convenu de "poursuivre et d'accélérer les discussions en vue d'un partenariat entre la Royal Air Maroc (RAM) et Air Sénégal, au bénéfice des deux compagnies". Pour ce faire, il a été convenu de "mobiliser les deux compagnies pour coopérer afin de mettre en place un partenariat mutuellement bénéfique, dans divers domaines opérationnels et techniques, notamment à travers la mise en place d'accords commerciaux", soulignent les ministères des Affaires étrangères dans deux pays dans un communiqué conjoint. Cette nouvelle collaboration "permettrait à terme d'accompagner le lancement effectif d'Air Sénégal S.A., un des piliers du projet phare du Plan Sénégal Emergent "Hub aérien sous régional" qui a pour ambition de faire du Sénégal un hub aérien et de services de la Sous-région", poursuit le communiqué.

LIRE AUSSI: